:: overture / and all that jazz :: hello ! my name is elder price :: fiches validées

 Leopold - All my friends are heathens, take it slow.

avatar
‣ Messages : 39
‣ Points : 219
‣ Age : 34
‣ Emploi : Fondateur de Redwood Entertainment, actuel producteur des Misérables, magnat de la finance un peu véreux.
‣ Situation amoureuse : Libre comme l'air.
Dim 2 Oct - 20:38

Leopold Jules Devereaux
Please don’t make any sudden moves, you don’t know the half of the abuse.

feat. Charles Michael Davis

Âge : 33 ans, l'âge du Christ, il espère, toutefois ne pas finir comme lui.
Date et lieu de naissance : le 10 janvier 1983, à La Nouvelle-Orléans, Louisiane. Accueilli déjà par les clameurs et les rires du défilé de Mardi-Gras. Une ferveur, une passion et une violence particulières qui ne l’ont jamais quitté depuis lors.
Orientation sexuelle : Homosexuel assumé, il n’a jamais couché avec une femme, s’étant découvert très tôt. Ses parents l’ont accepté avec toute la tolérance qui était la leur, même si son père le taquine encore parfois à ce sujet, comme il aimerait bien que son fils aîné lui engendre des enfants. Malgré tout cela, il reste très secret à propos de sa vie privée et aime, parfois, s’amuser à semer le doute quant à sa sexualité dans l’esprit de ses interlocuteurs.
Statut marital : Célibataire. Son emploi de producteur ne lui laisse plus beaucoup de temps pour un semblant de vie privée et, il doit le reconnaître, ça ne lui manque pas vraiment. Pour le reste, c’est un épicurien averti qui profite de la vie, y mordant à pleines dents, sans se poser de questions. Séducteur à ses heures, il n’est pas du genre à s’installer avec quelqu’un. Plus maintenant.
Métier : Producteur des Misérables. S’il a toujours adoré les comédies musicales, faute à une mère ancienne danseuse de ballet puis chorégraphe, il n’a jamais hérité du talent de sa génitrice pour la danse, encore moins pour le chant. Cela resta donc un rêve inaccessible jusqu’au moment où, businessman un brin magouilleur ayant besoin de blanchir son argent, il créa sa propre société de production avec son associé de l’époque. A leurs débuts, ils s’axèrent davantage sur le théâtre mais la société prenant de l’ampleur et décrochant de plus en plus d’offres, Leopold se prit au jeu et abandonna la finance pour faire de la production son emploi principal et se lancer dans les comédies musicales. Les Misérables est son troisième grand projet après Jesus Christ Superstar et Gone with the Wind. Malgré tout, il a conservé une bonne partie de ses parts dans sa première entreprise d’ingénierie informatique et n'a en aucun cas cessé ses mauvaises habitudes de détournement de fonds. Redwood Entertainment est juste, désormais, plus qu'une simple société écran.

who are you?

Fils d’un magnat de la finance et d’une mère danseuse de ballet, Leopold a toujours été tiraillé entre deux univers totalement différents ; celui purement matérialiste de son père et celui, féérique et merveilleux de son artiste de mère. S’il s’est essayé, à un certain moment, à la danse et au chant, il lui a très vite fallu se rendre à l’évidence : il est bien plus doué pour manier les chiffres que les notes de musique. Après des études en Financial Analysis à l’Université de LaFayette, il a très vite aidé son père dans l’entreprise familiale avant d’en reprendre définitivement les rênes à 25 ans. C’est d’ailleurs lors d’un voyage à New York, l’année suivante, pour recruter un chef de service pour son département « innovations », qu’il fait la connaissance d’un gamin prénommé Ashley qui lui retourne complètement l’esprit. Pour ne plus avoir à s’en éloigner, il finit par transférer son département de recherches à Manhattan. L’histoire prendra fin deux années plus tard mais, quant à lui, il ne quitta pas l’endroit pour autant ; il y montera même, quelques années plus tard, sa propre société de production. Elevé en Louisiane, au cœur du bayou et de ses légendes, sa mère, d’origine Cajun, l’a bercé d’histoires de magie noire et de vaudou, des racines auxquelles il demeure toujours très attaché. Il prétend d’ailleurs, à qui veut bien le croire, qu’il est capable de lire l’avenir dans les lignes de la main.




Caractère

Intelligent est sans doute ce qui viendrait à l’esprit de la plupart des gens quand il s’agit de le décrire et, effectivement, Leopold a toujours fait preuve d’une sagacité rare. Il est ce type passionné qui peut s’enflammer en quelques secondes pour quelque chose ou quelqu’un mais suffisamment sage et réfléchi pour savoir quand il est temps d’abandonner. Franc, il a tendance à dire ce qu’il pense de façon un peu trop ostentatoire, sans même penser à prendre de gants ; certains prétendront qu’il manque de tact, d’autres trouveront comme excuses, à son air bourru, qu’il a été élevé en Louisiane et que cela explique forcément tout. Mystérieux voire un brin mystique, il est ce type qu’on imagine mal avoir été un grand ponte de la finance un jour ; son accent cajun, son style vestimentaire souvent débraillé et les multiples breloques qu’il aime arborer contrastant étrangement avec le costume trois pièces qu’il peut porter lors de ses rendez-vous professionnels. Epicurien jusqu’au bout des ongles, c’est un bon vivant, toujours réceptif à une blague ou à quelques bons mots, qui ne dira jamais non à une soirée si elle implique de la musique entrainante et quelques verres d’alcool. Il fume et boit beaucoup mais il n’en abuse jamais et le jour où quelqu’un le verra saoul n’est pas encore arrivé ; s’il est un homme de passions, il n’en est pas pour autant un homme d’excès… Parfois sanguin, aux humeurs changeantes comme les musiques du Carnaval, il est, derrière ses sourires et sa bonhommie, capable de violence aussi bien que de vice. Qu’on se le dise, malgré les apparences, il est loin d’être le gendre idéal…


Les Misérables

Les Mis’ all the way ! Certes, il travaille actuellement sur cette réadaptation et donc, forcément, il n’est pas très objectif mais, malgré tout, ce musical a toujours été l’un de ses préférés et cela n’a rien à voir avec le fait qu’il a rencontré Ashley par ce biais. Rien. Il en aime la violence, les émotions pures, le côté terriblement revendicateur ; cette comédie musicale demeure, à son sens, un chef d’œuvre inégalé. Il en connait d’ailleurs chacune des chansons par cœur, chaque déplacement sur la scène, chaque mimique de ses chanteurs, si bien qu’il pourrait aisément jouer n’importe quel rôle lui-même s’il n’était pas si peu dépourvu de talent pour la danse et le chant. Ce projet est sans aucun doute celui qui lui tient le plus à cœur et il compte bien le mener jusqu’au succès.






Et toi? T'es qui?
‣ Pseudo / Prénom : khâl' / Céline ‣ Âge : 29 ans   ‣ Fréquence de Connexion : 7/7 ‣ Ce personnage, c'est : un inventé ‣ Tu nous as connu comment? : Par Ashley, aka Laure ! ‣ Un truc à dire pour finir? : hello babes !    

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‣ Messages : 39
‣ Points : 219
‣ Age : 34
‣ Emploi : Fondateur de Redwood Entertainment, actuel producteur des Misérables, magnat de la finance un peu véreux.
‣ Situation amoureuse : Libre comme l'air.
Dim 2 Oct - 20:38

Story of my life


Ses doigts posés sur ses tempes douloureuses, Leopold réfléchissait, ses prunelles sombres fixées sur le cahier des charges posé sur le bureau devant lui. Aucun de ses bilans comptables préalablement falsifiés, du temps où il était encore C.E.O de Desvereaux Inc., ne lui avait jamais paru aussi compliqué que ce que le metteur en scène de sa production actuelle, Les Misérables, lui demandait de faire. Il était sans nul doute prêt à exploser tout le budget pour redonner au chef d’œuvre bien connu un sérieux coup de renouveau mais le producteur n’avait pas l’intention d’y perdre un seul dollar. S’il était le souteneur financier du projet, il restait un homme d’affaires avant d’être un artiste et il était hors de question que le musical ne se transforme en gouffre financier, juste à cause de l’emphase d’un directeur artistique trop zélé. Une moue ennuyée comme ses doigts quittent ses tempes pour pianoter sur le bureau en acajou avant de glisser jusqu’au tiroir fermé à clef qu’il ouvre avec délicatesse, en sortant une bouteille de cognac de laquelle il se sert une longue rasade, appréciant la chaleur dans sa gorge. Décidément, il avait beau aimer l’œuvre avec toute la force de son âme parfois un peu trop naïve, il avait un mauvais pressentiment à ce sujet. Une impression désagréable qui avait commencé dès les débuts des castings quand il avait vu Ashley débarquer sur scène pour les essais. Fort heureusement, planqué au dernier rang du théâtre, Leopold était demeuré invisible à la vue de son ex petit ami, ce qui ne l’avait pas empêché d’observer avec attention. Aussi vrai qu’il aurait voulu le nier, parce que ça l’arrangeait terriblement et que, malgré tout, il en voulait toujours au jeune Lamberts pour la façon dont tout s’était terminé entre eux, même si ça avait été lui, au final, qui y avait mis un terme. Il l’en tenait toujours pour responsable, après toutes ces années. Quand il l’avait vu, pourtant, s’exprimer en chanson sur les planches, il s’était renfrogné un peu plus. Il avait beau détester l’admettre, il fallait bien le reconnaître, le gamin avait du talent. Il ne l’en avait que détesté encore plus pour ça. Fort de son impartialité, il n’avait pas voulu intervenir dans le choix des comédiens, préférant laisser ça à ceux qui en étaient le plus capables, mais il avait tout de même déchanté en voyant le nom d’Ashley s’étaler en calligraphie fine en face du rôle d’Enjolras. Un souci de plus, ce qui n’était pas vraiment nécessaire quand on voyait le nombre de figurants qu’exigeait son directeur artistique, un nombre qu’il lui faudrait raisonnablement diviser par deux, pour la bonne rentabilité du projet. Un soupir comme il se ressert un verre de cognac. Juste un de plus, ce serait amplement suffisant pour recommencer à raisonner clairement. Ou pas. La production, au début, en tous cas, n’avait été qu’un moyen détourné de blanchir l’argent sale que sa société amassait un peu trop vite. Au début. Maintenant, c’était un casse-tête invraisemblable duquel il peinait à se sortir et dans lequel il regrettait parfois de s’être lancé, encore plus quand il voyait à quel point cela pouvait se montrer bien plus compliqué que la réalisation de logiciels informatiques innovants. Souvent, sa Louisiane natale lui manquait à en crever et il mourrait d’envie de sauter dans le premier avion, de fuir New York et d’aller faire un tour en bateau dans le bayou. La sonnerie de son téléphone, lui indiquant la réception d’un SMS, le sort de ses pensées nostalgiques et il déverrouille l’écran de son IPhone pour lire le troisième message en dix minutes envoyé par son directeur artistique. « De la fumée. Beaucoup de fumée. Et un écran géant. » Leopold marmonne un truc incompréhensible mais qui en disait suffisamment long sur ce qu’il pensait de cette nouvelle lubie outrageusement chère, à n’en pas douter, balançant le téléphone dans le tiroir avant de le refermer brusquement. C’était assez pour aujourd’hui et, clairement, il leur faudrait avoir une sérieuse discussion. Juste, pas aujourd’hui. Quelques coups aussi timides que brefs, frappés à la porte de son bureau, le font tressaillir de façon imperceptible et, s’il se fend d’un « Entrez ! » énergique, intérieurement, il s’est déjà promis de commettre un meurtre si cette interruption concerne encore une fois l’une des idées farfelues du metteur en scène. Quand il voit le visage qui se profile après l’ouverture de la porte, il se demande finalement s’il n’aurait pas préféré l’alternative en question. Ashley… De façon imperceptible, son expression se durcit légèrement, son regard se fait plus sombre encore et, clairement, ses doigts se sont crispés un peu plus sur son verre. La façon indécente et sans gêne aucune que le gosse avait de le détailler achève d’ajouter à son agacement et il finit par soupirer, lui dédiant un mouvement de tête un peu brusque pour l’enjoindre à parler. « Bonjour. » Leopold cille légèrement, serrant les dents un peu plus. « Hmmm … Je viens d’avoir le rôle d’Enjolras … Pour Les Mis … Enfin Les Misérables … » No kidding… Comme s’il lui apprenait quelque chose. Tu parles d’un scoop, a-t-il envie de lui répliquer mais ce serait sans doute se montrer trop familier et il n’y avait plus lieu d’une quelconque familiarité entre eux. « Je ne sais pas si c’est avec toi – avec vous, que je dois voir ça mais … Hmm, j’ai une indisponibilité pour un jour de répétition et … » Il s’interrompt, sans doute embarrassé et, si Leopold aurait sans doute pris en pitié n’importe quel autre comédien aussi intimidé par sa personne, il ne s’agissait pas de n’importe qui. On parlait d’Ashley et, forcément, il n’était pas objectif. Pas un seul instant… « Effectivement, ce n’est pas avec moi que vous devez voir ça. Ni ça, ni le reste, d’ailleurs. » Ça c’était fait, au moins… Il avait, en tous cas, le mérite de donner le ton dès le début, ce qui était mieux que la plupart des gens. Le vouvoiement était des plus volontaires également, cherchant à inspirer cette distance qu’il voulait imposer entre eux. Ca aurait pu paraitre ridicule à n’importe qui que de se montrer aussi formel avec quelqu’un dont on avait partagé la vie pendant deux ans. Pour lui, c’était toutefois une évidence. Il ne le reconnaîtrait jamais mais ce gosse avait foutu sens dessus dessous toute sa vie, à l’époque, il était hors de question qu’il laisse quelque chose comme ça se produire à nouveau. « C’est une mauvaise entrée en matière, en tous cas. Peut-être que votre doublure est plus à même de faire le job ? » Une pique cruelle, certes, mais il y avait bien entendu beaucoup de rancœur derrière tout ça. Sans plus lui accorder le moindre regard, il se replonge, en apparence tout du moins, profondément dans le dossier imposant qui lui fait face mais, il lui faut bien l’avouer, chacun de ses sens est concentré sur la présence de l’autre dans la pièce. N’avaient-ils pas fait le tour du sujet ? Pourquoi était-il encore là au juste ? Soupirant, il finit par relever mollement la tête, lui adressant un léger signe du bout du menton. « Que l’on soit clairs, Ashley… Je ne t’ai pas choisi, je ne veux pas de toi dans ce spectacle, je ne veux pas de toi dans ma vie, pas même professionnelle. » C’était dur, oui, c’était plus que volontaire aussi, il était ainsi, Leopold, rarement dans la demi-mesure. S’il est revenu instinctivement au tutoiement, il s’agit juste de bien lui faire comprendre son point de vue et la nature de leurs relations futures…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‣ Messages : 440
‣ Points : 631
‣ Age : 26
‣ Emploi : libraire geek au drama book club sur Time Square
‣ Situation amoureuse : all by myyyseeeelf...
Dim 2 Oct - 20:39

BIENVENUUUUE
petite rapide
on t'aime




can you feel the love tonight
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‣ Messages : 349
‣ Points : 898
‣ Age : 24
‣ Emploi : Enjolras, youtuber, auteur-compositeur (en stand by)
‣ Situation amoureuse : Célibataire
Dim 2 Oct - 20:40

JE T'AIME JE T'AIME JE T'AIME (so relevent d'ou je me trouve rn hahahah)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‣ Messages : 349
‣ Points : 719
‣ Age : 30
‣ Emploi : Danny Zuko dans Grease, ex-star de films Disney, roi des irresponsables
‣ Situation amoureuse : Célibataire et gros papillonneur. Divorcé, aussi - après un mariage extrêmement court et peu-productif avec Scarlett Van Doren.
Dim 2 Oct - 20:44

J'ai l'impression de reconnaître des gens par ici, c'est fou...
CELINE, AU PLAISIR DE ME BATTRE POUR DES POINTS AVEC TOI ENCORE
(t'es fort sexy sous cette apparence aussi tiens )


guys, be cool
(c) anaelle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‣ Messages : 11
‣ Points : 10
Dim 2 Oct - 20:57

KOUKOUU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‣ Messages : 54
‣ Points : 42
‣ Emploi : Lycéenne
‣ Situation amoureuse : Team red sur Pokémon Go.
Dim 2 Oct - 21:11

CELINE T'ES SEX OMG.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‣ Messages : 75
‣ Points : 109
‣ Emploi : assistante-productrice
‣ Situation amoureuse : Libre comme l'air
Lun 3 Oct - 0:28

Bon, je vais contenir mon amour pour CM Davis hein
(mais bon, quand j'ai commencé à regarder The Originals, c'était un peu juste pour lui, et un autre cutie dont j'ai oublié le nom, et qui meurt à un moment je crois, mais je sais plus Et que j'ai retrouvé dans un vrai rôle dans Jessica Jones donc j'étais heureuse)

Anyway. HATE DEVOIR CE QUE TU FAIS DE MISTER LEOPOLD. Et je veux un peu lui faire des bébés si l'occasion se présente
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‣ Messages : 349
‣ Points : 898
‣ Age : 24
‣ Emploi : Enjolras, youtuber, auteur-compositeur (en stand by)
‣ Situation amoureuse : Célibataire
Lun 3 Oct - 0:29

PAS TOUCHE. NON MAIS.

/me surveille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‣ Messages : 440
‣ Points : 631
‣ Age : 26
‣ Emploi : libraire geek au drama book club sur Time Square
‣ Situation amoureuse : all by myyyseeeelf...
Dim 9 Oct - 12:11

Eh mon beau Tu en es ou de ta fiche ? ton délais se termine ce soir, un petit délais ?




can you feel the love tonight
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‣ Messages : 39
‣ Points : 219
‣ Age : 34
‣ Emploi : Fondateur de Redwood Entertainment, actuel producteur des Misérables, magnat de la finance un peu véreux.
‣ Situation amoureuse : Libre comme l'air.
Dim 9 Oct - 12:23

Normalement ça devrait être bon d'ici ce soir mais DANS le doute, mets moi un petit délai please !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‣ Messages : 440
‣ Points : 631
‣ Age : 26
‣ Emploi : libraire geek au drama book club sur Time Square
‣ Situation amoureuse : all by myyyseeeelf...
Sam 15 Oct - 21:05

WILLKOMMEN, Bienvenue
Validation



Félicitations !


Moi je le trouve bien cool le gars (enfin je sais pas si cool c'est le mot mais tu vois quoi ) Bref, fiche très sympa comme d'hab j'te valide

Comme on est sympas   on s'est occupés de rajouter ton avatar au bottin, ainsi que ton métier par ici vu que tu es un acteur de musical Par défaut nous acceptons pas les doublons de prénom, et du coup ton pseudonyme a été ajouté dans le bottin des noms et prénoms. En revanche, si tu as envie d'avoir des cousins et cousines impromptus tu peux nous le signaler pour ouvrir ton nom de famille

Bien évidement, comme sur tout forum, tu peux aller poster ta fiche de liens pour te faire plein d'amis et planifier tes rps   Si tu as du mal à te trouver un partenaire de RP, tu peux aussi venir en demander ici on passera forcément te voir Tu peux aussi signaler où vit ton personnage histoire de te trouver des voisins  

Ensuite, puisque tu as été ajouté au groupe correspondant à ton musical préféré, cela veut dire que tu peux l'aider à rester à l'affiche le plus longtemps possible Pour cela il faut aider ton groupe à gagner des points. Tu trouveras les explications détaillées et demandes dans cette partie là

Et en vrai, si tu es perdu, non seulement tu peux venir nous poser des questions (  ) mais en plus tu peux toujours te référer à ce master post pour te guider dans l'essentiel de Bobby.  

BON JEU        








can you feel the love tonight
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

 
Leopold - All my friends are heathens, take it slow.


 :: overture / and all that jazz :: hello ! my name is elder price :: fiches validées
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Germany 280mm Kanone 5 (E) Leopold HOBBY BOSS
» Max Büsser & Friends: HM n°3
» Friends
» Quizz sur "Friends"
» Les SITCOMS qui jouent à "FRIENDS"

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum