:: MANHATTAN :: Downtown :: East Village :: Otto's Shrunken Head

 Single ladies + Seth

avatar
‣ Messages : 440
‣ Points : 631
‣ Age : 26
‣ Emploi : libraire geek au drama book club sur Time Square
‣ Situation amoureuse : all by myyyseeeelf...
Mer 2 Nov - 11:50

Vous allez me dire, tout gay qui se respecte aime le kitch, le particulier, le fou. C'était surement un peu cliché, et malheureusement Camille avait vécu avec ses étiquettes collées sur son front. Il était le genre de gay qu'on repère en un coup d'oeil, même sans gaydar. Il était de ceux que l'on pouvait traiter de folle parfois. Il était de ceux qui n'avait pas envie de se prendre la tête avec ce qu'il était et ce qu'il représentait. Et oui, en dehors de tout cliché sur son orientation sexuelle, il aimait le kitch, il aimait le bizarre, il aimait tout ce qui était un peu fou, et par dessus tout, il aimait les coktails colorés avec des pailles. C'était ridicule comme passion, mais il avait toujours un regard sur excité à chaque fois qu'on lui servait un verre étonnant avec une paille qui tourbillonne et un cocktail avec une cascade de couleur. Plus c'était sucré, plus Camille se rapprochait du paradis. Et honnêtement il y avait peu de chose qu'il aimait plus que ces cocktails farfelu qui masquent entièrement le gout de l'alcool. Si cela avait pu être étonnant à une certaine époque, maintenant il n'étonnait plus personne. Ses amis le connaissait sur le bout des doigts et lui dénichait toujours des bars ou il pourrait trouver les meilleurs cocktails sucrés. Un bar Tiki était de toute évidence parfait pour ça. L'ambiance sur travaillé et kitch ne ferait qu'ajouter au bonheur de Camille qui serait sans aucun doute comme un poisson dans l'eau. Il serait aussi très probablement saoule en moins d'une heure, étant bien incapable de lever le pied sur sa descente de boisson sur sucré. Il serait amusant, les joues rosées et le regard pétillant et perdu. Il les ferait tous rire, et il distribuerait des câlins à tout va. C'était le genre de soirée que ses amis estimaient comme bonne. Le lendemain ils se moqueraient tous un peu de lui, ils chiffonneraient amicalement ses bouclettes et ils l'inviteraient déjà à la prochaine soirée.

Camille savait donc très bien ce qui l'attendait en sortant avec eux. Et ce soir il en avait besoin. Depuis sa rupture définitive avec Jonah. Il se répétait ça chaque matin lorsqu'il passait sur Times Square et qu'il se disait que tout de même, son théâtre n'était pas si loin, et qu'il ne lui faudrait qu'un tout petit détour pour le voir ne serait-ce que dix minutes enfermés dans sa loge. L'idée selon laquelle Jonah ne le repousserait pas et serait même surement content de le voir ne l'aidait pas vraiment. Alors il essayait de ne pas y penser, et il faisait de son mieux pour se trouver des amis pour occuper ses soirées. Quelque part, il rattrapait aussi le temps perdu. Il était beaucoup moins sorti qu'à son habitude lorsqu'il avait été avec Jonah. Ses amis avaient même faillit s'inquiéter, et Camille avait du rivaliser de génie pour trouver de nouveau mensonge potable à chaque fois. Il leur prouverait donc une bonne fois pour toute qu'il allait bien, que tout allait bien, et que non, définitivement non, il n'avait pas trouvé le prince charmant. Son prince charmant, c'était tout ces cocktails sucrés et colorés. Eux, ils ne le décevaient jamais. Enfin si, peut être un peu au petit matin lorsqu'il devait se lever pour aller travailler. Mais bon, il leur pardonnait souvent très vite. Camille était, après tout, un adepte des secondes chances.

Le tout avait donc commencé par un after work des plus normals. On traversait Manhattan pour se retrouver dans un chouette bar à l'ambiance originale, on se trouvait une table pile sous les hauts parleur qui crachaient de la musique pour se mettre dans l'ambiance et on hurlait pour se donner des nouvelles. On faisait semblant de boire doucement le premier verre, parce que tout de même, on sortait du travail, on avait eu une longue journée, et on remettait ça demain. On faisait croire que ce soir ne serait pas l'un de ses soirs ou l'on exagérait. Ce ne serait que plus tard ou l'on se rappellerait que l'on était jeune au fond, et qu'on pouvait bien se le permettre. Enfin surtout que sinon maintenant, quand est-ce que l'on pourrait faire ce genre de chose ? A vingt heure, on tenait encore les sages résolutions, on commandait de quoi grignoter pour ne pas continuer à boire sur ventre vide. Parce qu'on avait plus dix sept ans, et qu'on faisait un minimum attention à soit-même. On disait bien un minimum, parce qu'on savait que manger des cacahuètes, et des frittes ce n'était pas faire attention à soit. On se faisait la promesse d'aller courir avant le boulot le lendemain. On savait parfaitement qu'on ne le ferait pas, et pour se le prouver on reprenait un verre. A vingt et une heure, on reprenait un troisième verre et on commençait doucement à accepter l'idée d'y passer toute la nuit. On buvait plus vite et on mangeait les fruits qui trainaient sur les bords des cocktails. On commençait à bouger sur nos sièges et on savait qu'au fond, c'était déjà la décadence. A je ne sais plus qu'elle heure, on se disait que c'était une bonne idée d'entamer les shots. On savait déjà qu'il serait difficile de se lever le matin. Et ca n'avait déjà plus d'importance.

Camille s'était levé joyeux pour aller chercher les consommations au bar. Il était heureux, il était pétillant, il était relativement bien entamé, ses pupilles criaient l'abus d'alcool, ses joues en témoignaient aussi tout en rougeur. Ses gestes un peu plus brouillon vendaient aussi la mèche, surtout lorsqu'il bousculait quelqu'un qui était accoudé au bar. "Oups" souffla-t-il dans un petit rire "Sorry Sir" ajouta-t-il bien rapidement avant de reconnaitre Seth. Sérieusement ? Il eu vaguement l'impression de décuver en une seconde, mais il n'en était probablement rien "Hey, funny seeing you here..." il souffla dans un petit sourire "It is already that late ? Did you had time to finish your show and come here ?" il souffla à moitié horrifié par lui même "shii...it" il souffla soudainement conscient de la soirée dans laquelle il s'était embarqué. "We were gonna do shots." il souffla naturellement "Can i buy you a sorry shot for my clumsiness ?"




can you feel the love tonight
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‣ Messages : 349
‣ Points : 719
‣ Age : 30
‣ Emploi : Danny Zuko dans Grease, ex-star de films Disney, roi des irresponsables
‣ Situation amoureuse : Célibataire et gros papillonneur. Divorcé, aussi - après un mariage extrêmement court et peu-productif avec Scarlett Van Doren.
Dim 13 Nov - 16:45

Parfois, il avait juste besoin d’un verre. Okay? Okay. Ca arrivait à tout le monde, après tout. Bon. Peut-être que, parfois, souvent, il avait surtout besoin de beaucoup plus d’un verre. Il avait… besoin de profiter au maximum de ses soirs de repos et d’aller trouver refuge dans l’un de ces bars qui n’avait pas encore décidé de le foutre dehors et de ne plus jamais l’accepter dans son sein. Il avait besoin d’y poser son cul, tout seul, comme un grand, et d’y passer des heures interminables à tendre indéfiniment sa carte bancaire pour recevoir des alcools fort en retour. Mouvement simple, logique merveilleuse, vraiment, il ne s’en lassait jamais. Il n’avait pas réellement besoin de qui que ce soit à ses côtés, pas besoin de quoi que ce soit non plus, juste besoin de ne pas trop penser et de juste profiter. Certains auraient pu penser qu’il y avait un problème là-dedans, une certaine obsession. Il ne se posait que rarement des questions du genre. Il… aimait juste l’alcool. Voilà. Point barre. Sûrement que son parrain aurait eu quelque chose à dire à ce propos - genre, un grand scandale à taper. Mais il n’était pas là. Donc bon. Tout allait bien.
Pas vu pas pris.
Au fil des minutes passées ici, au fil des verres aussi, le monde autour de lui avait fini par s’effacer - petit à petit. Ca aussi, ça faisait partie du plan de base. Il y avait belle lurette qu’il avait cessé de réellement se questionner sur les bars qu’il fréquentait, dans la mesure où le bar disparaissait royalement du paysage au bout de quelques dizaines de minutes: il se contentait d’éviter les coupes-gorges les plus évidents, et pour le reste en avant la musique, tant qu’on voulait bien le resservir alors même que son état aurait du alerter le plus débutant des barmans. Franchement, loin de tout ce que pouvait raconter sa réputation et les médias, il n’était pas très exigeant comme type. Un peu comme tout le monde, il aimait avoir la paix et il aimait avoir un petit jardin secret - le sien puait juste l’alcool à quinze mètres et aurait donné envie de gerber au plus clair de la création, mais hé, les goûts et les couleurs, tout ça tout ça. Au moins il avait la paix. Il aimait bien, ça, avoir la paix. Les bars tikis n’étaient pas sa passion - loin de là - mais ils avaient au moins l’avantage d’être en mode semi-pénombre et va que je te donne l’impression d’être à la plage en te coupant quasi toutes les lumières: dans cette ambiance, il devenait un petit peu anonyme et très alcoolisé, et tout allait bien dans le meilleur des mondes.
Tout allait bien dans le meilleur des mondes jusqu’à l’instant où on le percuta, okay.
Sur l’instant, sa réaction, hautement éloquente pour le reste, se résuma à une sorte de grognement et à un regard noir - sans même chercher plus que ça à prêter attention à la gueule de la personne qui venait de lui rentrer dedans. Ou juste de le bousculer. Comme ça tanguait un petit peu dans sa tête, la différence avait cessé d’être vraiment notable - il se redressa mollement et reprit son verre en main, les yeux rivés tout droit devant lui, avant de les laisser rouler vers l’intrus. Et là, joie. Camille. Hobbs. Super. Peut-être bien qu’il aurait du sourire, mais il se contenta de garder à peu près la même mine - c’est à dire sérieusement ivre et sérieusement renfrognée, s’épanchant à peine dans un léger haussement d’épaules aux vagues excuses et à la politesse. Après quelques secondes, il marmonna un « Funny, yeah. », la langue un petit peu trop lourde sur le bas de sa bouche, avant de reprendre une gorgée de son verre de whisky. C’était marrant, il avait du mal à absorber les informations qui lui étaient adressées et à les trier dans son cerveau - peut-être bien qu’il était un petit peu plus ivre qu’il aurait du l’être de ces heures. Le soupçon fut confirmé quand il entama de se retourner, passant de la position de l’ivrogne type au bar (accoudé sur le comptoir à contempler intensément le fond de son verre dans le vague espoir d’y trouver une réponse à toutes les grandes questions de la vie) à une autre, légèrement plus détendue, un verre à la main et un coude sur le comptoir, mais dos à ce dernier. Dire qu’il pencha dangereusement sur la gauche aurait été un euphémisme. « It’s been, like, two hours since the end of the show? Dunno. Don’t care. » Il adorait Broadway - il n’en était pas non plus au point de compter les heures qui le séparaient d’un spectacle à un autre, probablement parce qu’il avait encore suffisamment de santé mentale pour cela. « Don’t beat yourself up. It’s fine. » Il regarda le fond de son verre, eut un semblant de moue « I’m probably drunker than you » Fallait dire qu’il y mettait les moyens. Assez de moyens pour réduire à néant toute la marge de progression qu’avait pourtant traversé son foie ces dernières années - comme quoi, avec un petit peu de motivation, on arrivait à tout. Même à prendre goût au poison. Un semblant de sourire « A shot would be nice », qu’il souffla avec une moue. Il avait probablement tout sauf l’allure d’un type qui devrait prendre un nouveau shot, mais qui avait besoin de se prendre la tête avec autant de détails, d’abord, hein. Au moins, après avoir inspiré et expiré profondément, il sembla un petit peu moins renfrogné - au point même de se permettre un « How have you been? » du bout des lèvres.
Au regard de leur dernière entrevue, il y avait probablement mieux à faire que prolonger inutilement la conversation avec Camille Hobbs, certes - mais comment dire que sa notion de la réalité en avait pris un coup au point d’altérer légèrement les souvenirs? Au pire, il balayerait toute mémoire de ce bar avec sa gueule de bois du lendemain matin. Ce n’était pas non plus comme s’il n’avait pas l’habitude.


guys, be cool
(c) anaelle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‣ Messages : 440
‣ Points : 631
‣ Age : 26
‣ Emploi : libraire geek au drama book club sur Time Square
‣ Situation amoureuse : all by myyyseeeelf...
Mar 15 Nov - 10:50

S'il y avait bien un truc que Camille avait toujours aimé faire -du moins à partir du moment où il avait commencé - c'était boire. Pas vraiment boire en faite, mais plutôt être sous l'emprise de l'alcool. Camille était de ses gamins qui avaient fortement déglutit lorsqu'on leur avait servit leur premier verre de vodka, tequila ou whatever. Hell, il avait même eu du mal à se mettre à la bière. Les seuls alcool qu'il buvait comme de l'eau c'était du vin -hello Frenchmen habits- et des cocktails supers sucrés où on ne sentait plus Le goût de l'alcool. Bref, Camille n'aimait pas l'alcool, il aimait être alcoolisé. Il n'en avait pourtant pas vraiment besoin, étant toujours de base joyeux, souriant, rieur et affectif - il devait en effet avoir l'air saoule dans son état naturel pour plein de gens- mais non, lui aimait cette sensation de vertige et de douceur et bref il aimait être en etat d'ébriété et aurait aimé dire que ce n'était pas une passion dangereuse. Parce que c'était pas si facile de se maintenir du côté du paisible Soulard. Et une fois qu'on passait du mauvais côté, il n'y avait plus rien à faire. Mais donc il aimait boire pour se retrouver agréablement saoule. Et c'était exactement ce qu'il était maintenant. Agréablement saoule. La limite serait probablement difficile à voir avec complément alcoolisé et point de se maudire demain matin. Mais pour le moment ça allait. Pour le moment ça allait au point même Seth Copeland et son regard condescendant agacé ne pouvait pas l'atteindre. Parce qu'il se souvenait encore que La dernière fois c'était un regard similaire quoique joyeux qui l'avait fait sortir de ses gonds. Et Camille n'aimait pas particulièrement sortir de ses gonds. Ce n'était pas son genre. Il était quelqu'un d'agréablement saoule tout le temps. Il faisait un peu trop de câlin, un peu trop de compliment, et tout allait bien dans le meilleur des mondes.

Il fit donc un grand sourire a Seth. En partie parce que c'était surement La meilleure chose à faire, en partie parce qu'il était incapable de faire quoique ce soit d'autre. Il avait bu, et même de mauvaise humeur Seth avait quelque chose de remarquablement beau. C'était pas nouveau et ça serait toujours la demain. La plus part du temps ça avait même quelque chose s'agaçant "comment quelqu'un d'aussi beau pouvait être aussi chiant ?!" Comment ça il n'y avait aucun rapport entre les deux ? Meh. Pour Camille il y en avait et ça l'agaçait fortement. Mais là il n'était pas d'humeur à être agacé. Et il était d'humeur à apprécier toute la beauté que ses yeux pouvaient trouver. Est-ce que pendant quelques secondes il eu l'air bête à contempler Seth ? Surement ! Mais vu l'état d'ébriété du chanteur ça passerait surement inaperçu. Enfin de toute manière tout risquait de passer inaperçu aux yeux du dirty blond. Oh parce que c'était exactement ce qu'il était. Camille eu un petit sourire satisfait à cette pensée avant de se reconcentrer sur ce qui était entrain de se passer. Hum, légère bousculade, Seth, rien de très drôle apparement si on en croyait la manière dont il avait répété sa phrase aimable. Camille lui trouvait ça drôle. De ses amis il était celui qui croisait dès célébrité au bar, dans sa librairie, n'importe où. Je veux dire typiquement ça aurait pu être n'importe lequel autre de ses potes qui seraient allés cherché les shots et serait potentiellement tombé sur Seth. Mais non c'était Camille et sa maladresse. Suck it guys. Camille trouvait ça drôle, voilà tout. Quand bien même sa phrase à l'origine avait plus à voir à leur passé commun. Enfin si on pouvait appeler ça un passé et quelque chose de commun. Bref. Focus.

Heureusement pour Camille, Seth faisait royalement la gueule. Tout ce qu'il disait semblait être teinté de négatif. C'était moins attrayant comme ça. D'autant plus que damn, il avait un beau sourire. Mais non il semblait déterminé à ne pas le sortir, et Camille n'allait pas le lui demander "I would have thought being drunk would make you smile" il souffle. Ou alors si, il allait lui demander. Depuis quand drunk Camille écoutait ce qu'on lui disait "not that I care !" Il rit joyeusement "but you have a nice smile" oh bah oui. Le mec ne donne aucune raison d'être gentil avec lui, mais il faut quoi ? Quelques verres d'alcool pour commencer à sortir les compliments. C'était presque triste. "And I beat myself up for work tommorrow" mais ce n'était pas vraiment ses oignons et Seth en avait probablement rien à foutre. Enfin. Il était pas la pour se prendre le bec. Il lui avait proposé un verre sans réfléchir pour se faire pardonner. Il allait continuer à lui parler sans réfléchir. C'était encore La meilleure démarche à suivre. Il sourit lorsqu'il dit oui pour le shot. Ça devenait presque stupide du e Le préciser, Camille souriait tout le temps. La première pensée que l'on devait avoir en regardant Camille était "n'avait-il pas mal au zigomatique ?" Il demanda les shots au barman et tendit en même temps sa carte bleu avant d'arquer un sourire rieur. Avec toute cette attitude ronchon il ne s'était pas attendu à ce que Seth lance aucune sorte de conversation. "Great like always!" Il sourit "how bad do you really want to know this time ?" Il rit doucement en faisant référence à la politesse un peu bizarre de Seth qui lui imposait visiblement de discuter avec des gens qu'il supportait moyennement - en l'occurrence lui. Oups. "And you ?" Il souffla joyeusement "you don't seem so good" il sourit brillamment. L'un de ses sourires si chaleureux qu'il embaume une pièce entière. Il reçu les shot du Barman, paya et tendit le sien à Seth avant de mettre de côté ceux pour ses amis. Il prit le sien dans la sienne et souffla en riant "if you're hangover tommorrow and that Kennedy is mad about it I forbid you to tell her that I bought you shot" il sourit de toute ses dents. Est ce que toute leur relation allait tourner autour de Kennedy ? Probablement. Il claqua son verre contre celui de Seth avant d'avaler son contenu dans une grimace "oh I hate alcool" il souffla dans un rire. Enfin il détestait tout l'alcool qui n'avait pas assez de sucre dedans. Normalement même pour les shots il en prenait des lourdement arrangés. Mais La il ne savait pas. Il avait clairement fait ça pour Seth. Stupide.




can you feel the love tonight
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

 
Single ladies + Seth


 :: MANHATTAN :: Downtown :: East Village :: Otto's Shrunken Head
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (African) First Ladies !
» Un single rider à Rock'nRollerCoaster aux Walt Disney Studio
» [Guest] Seth Green dans Grey's Anatomy
» Test file Single Rider à Crush's Coaster
» [RESOLU] Pochettes de Single dans un seul Album

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum