:: MANHATTAN :: Downtown :: Greenwich Village

 she seems happy but she's not (tony)

avatar
‣ Messages : 39
‣ Points : 69
‣ Emploi : actrice et chanteuse à l'occasion, mais surtout actrice
‣ Situation amoureuse : fiancée, mais pas franchement heureuse...
Lun 7 Nov - 21:35

Elsie sortait tout juste de la douche. Elle avait un rendez-vous un peu plus tard, et elle devait se préparer. Un rôle dans un court métrage à la clé. Ce n'était pas grand-chose, mais peu importe, c'était toujours bon à prendre après tout… Elle se maquillait généralement assez peu, juste de quoi dissimuler les cernes qui se formaient avec le manque de sommeil. Elle n'était pas fatiguée mentalement, elle avait trop de choses auxquelles penser. Mais son visage était marqué. Bref, elle rajoutait un peu de rose sur ses joues, pour se donner bonne mine, et un peu de rouge sur les lèvres aussi. Elle retournait dans le salon pour ramasser ses affaires, et ne put s'empêcher de voir Randy à quatre pattes par terre, sous la table à manger. « Randy, what are you doing ? » N'importe qui rirait de voir son mari à quatre pattes sous la table à faire on ne sait trop quoi, mais pas Elsie. Parce qu'elle savait quand temps normal, il n'était pas comme ça. Que c'était samedi, et que le samedi, comme tout employé de bureau, il ne travaillerait pas, il buvait à la place, toute la journée. « I... » Il se cogna la tête contre la table en essayant de se lever. Elle s'approcha de lui pour l'aider à se relever. « I was just looking for the bottle opener. » Evidemment… Elsie tourna la tête et vit le décapsuleur sur la table, justement. Elle le prit, et le lui tendit. « Here it is… » Il avait l'air enjoué, pas elle. A choisir, elle n'aurait pas du lui tendre ce décapsuleur. Mais elle n'avait pas envie de l'énerver, pas maintenant. « Aw. Thank you love. » dit-il en se penchant vers elle pour l'embrasser sur les lèvres, mais elle détourna son visage, répugnée par l'odeur d'alcool. Randy l'embrassa alors sur la joue. Visiblement, ça ne lui avait pas trop plu. « So what now, not even a kiss ? » Elsie se recula un peu, attrapa son sac à main sur le canapé. « No, it's just… It will ruin my lips. » Elle était hésitante, à chaque fois qu'elle lui parlait. Randy ouvrait une énième bière. Elsie savait ce qu'il allait se passer maintenant, il allait se loger dans son fauteuil, et regardait la télé, tout le reste de la journée. Elle avait encore deux heures avant son rendez-vous, mais elle ne voulait pas rester là, avec lui. Elle prenait ses affaires, son manteau, ses clés. « Where the fuck are you going now ? » Elle n'avait pas envie de lui répondre, du tout. « I'm.. I just have a meeting for a job. I'll be back in the afternoon. » Elle sortait ses cheveux de l'intérieur de son manteau, et se dirigeait vers la porte d'entrée. « Alright, see you later, bitch ! » Ce dernier mot la bloquait un instant. Elle ouvrit finalement la porte, sortit, et la claqua derrière elle.

Finalement, elle s'effondra en sortant de son appartement. Elsie ne pleurait pas souvent, du moins, jamais devant qui que ce soit. Mais là, c'était trop. Elle en avait marre de cette situation, d'entendre ces mots sortir de la bouche de l'homme qui était près à devenir son mari. Etait-ce vraiment ce qu'elle voulait ? Elle n'en était plus sûre, du tout. Elle ne savait plus ce qu'elle voulait, elle n'aimait pas se faire insulter chaque fois que son fiancé buvait. Elle l'aimait pourtant, si fort. Parce qu'elle savait que ce n'était pas lui qui parlait quand il l'insultait, c'était quelqu'un d'autre. Ce n'était pas le Randy qu'elle avait rencontré au Mexique. Elle prit son téléphone, les larmes continuaient de couler sur ses joues, et se dit qu'elle devrait envoyer un message à Julian, pour finalement se rappeler qu'il était en répétition et qu'elle n'allait pas lui demander d'arrêter pour elle. Alors elle sortit de l'immeuble, pour s'asseoir sur les marches. Elle ferma les yeux un instant, laissant couler les dernières larmes, essayant de se calmer. Elle sentait les sanglots ralentir, mais ses yeux restaient rouges, gonflés. Elle releva la tête, rouvrant les yeux. Qu'est-ce qu'elle était censée faire maintenant ? Elle allait devoir rentrer chez elle avant son rendez-vous, pour arranger son maquillage sans doute, elle allait devoir faire de nouveau face aux sautes d'humeur de Randy. Plus ça allait, plus elle se disait qu'ils devraient avoir une discussion. Elle devrait peut être l'aider, mais comment ? Elle n'avait jamais eu affaire à ce genre de situation, elle ne connaissait personne dans cette situation. Est-ce qu'elle devait le considérer comme alcoolique ? Est-ce qu'elle devait trouver une association pour lui ? Elle n'avait que vingt-neuf ans, elle allait se marier, et elle ne voulait pas avoir affaire à ça, mais elle n'avait sans doute pas le choix… Elle regarda autour d'elle, espérant ne voir personne qu'elle ne connaissant à ce moment-là, mais bien sûr, en pensant à ça, elle aperçut un visage familier. Celui de Tony, cet homme qu'elle avait rencontré il y a quelques temps maintenant, et avec qui elle aimait passer du temps, parce qu'il lui faisait penser à autre chose. Elle ne voulait pas qu'il la voit comme ça, larmoyante, gonflée, avec du maquillage qui coulait sans doute. Elle espérait qu'il ne la verrait pas, mais par précaution, passait ses mains sur ses joues pour essayer d'essuyer les larmes et coulures de mascara. Elle ne voulait pas l’interpeller, mais elle vit qu'il s'arrêtait face à elle, et qu'elle n'aurait pas d'autres choix que de lui parler. Elle leva la tête vers lui, et essaya de sourire un peu. « Hi ! » dit-elle assez spontanément. En réalité, elle était contente de le voir, elle n'avait juste pas envie d'avoir à s'étaler sur sa vie, à elle et à Randy… « It's good to see you, what's up ? » Elle essayait de diriger la conversation, dans l'espoir que rien ne tourne autour d'elle ou de ses larmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‣ Messages : 120
‣ Points : 99
‣ Age : 24
‣ Emploi : auteur compositeur, il a déjà écrit quelques pièces qui n'ont eu qu'un succès modeste. il espère bien un jour voir l'une de ses productions sur broadway. en attendant, il travaille comme enseignant de musique dans un collège.
‣ Situation amoureuse : divorcé, il n'est pas prêt à se donner à nouveau.
Mar 8 Nov - 8:42






elsie & antón


I could find the whole meaning of life in those sad eyes. They've seen things that you never quite say, but I hear come out of hiding. I'm right here beside you and I'll stay there as long as you let me because you matter to me simple and plain and not much to ask from somebody.

Passant une main dans ses cheveux, Antón poussa un énième soupire de découragement. Ou avait-il bien pu laisser ses clés? C’était l’histoire de sa vie. Il les posait quelque part puis les déplaçait vingt minutes plus tard pour, au final, toujours les chercher. Il faut dire, si son appartement était un peu plus en ordre, il aurait sans doute moins de difficulté à trouver ce qu’il cherchait. Mais le désordre, lui avait-on dit un jour, faisait parti de la vie des artistes. La tête dans les nuages, rarement les deux pieds sur terre, il était bien normal qu’il s’y perde quelques fois. Après quinze bonnes minutes de recherche, il trouva finalement l’objet tant convoité. Il ramassa son sac bandoulière ou il avait fourré son carnet de notes ainsi que ses crayons, plaça soigneusement son casque sur ses oreilles et quitta son logement. Il ne se sentait pas particulièrement inspiré ces derniers temps, mais il devait rencontrer ses collaborateurs le soir-même et il n’avait que très peu avancé depuis leur dernière rencontre. Ils devraient au moins avoir quelque chose sous la dent. C’est pour cette raison qu’il décida de se rendre au Public Theatre, histoire de s’imprégner du lieu et de rencontrer d’autres artistes qui, comme lui, tentaient de se faire un nom dans le domaine des arts, chose qui n’était évidemment pas facile. Après avoir verrouillé la porte de son appartement à double tour, il sélectionna un de ses albums favoris qu’il fit jouer en lecture aléatoire avant de  prendre la route vers le train qui le mènerait à Greenwich Village.

Une fois dans un des wagon, Antón sorti son cahier et se mit à gribouiller quelques trucs, rien de bien concret, mais juste assez pour mettre son cerveau en marche. Quoi que, il lui faudrait sans doute un café pour pouvoir fonctionner à plein régime parce que là, il avait véritablement l’impression que ce qu’il écrivait ne le mènerait à rien de bon, même après une session de brainstorming avec ses amis et collègues. Ces quelques pages trouveraient sans doute éventuellement le chemin du bac de récupération. Telle était la vie de l’artiste après tout. Combien d’idées ne restent à tout jamais qu’un petit grain dans l’esprit ou quelques lignes sur une page? Beaucoup trop, sans doute. Une quantité gigantesque lorsque comparée à la quantité d’idées qui germent et deviennent quelque chose à part entière. Après la septième station, un gamin vint s’asseoir sur le siège à côté du sien et se mit à le questionner, lui demandant ce qu’il faisait et pourquoi. Vous savez, le genre de questions qu’un enfant de cinq ans, âge que le gamin devait avoir tout au plus, ne cesse de demander.  Antón, un petit sourire au visage, répondit poliment à toutes ses questions devant la mère qui semblait désemparée et presque embarrassée que son fils ait autant de tact et qu’il ose questionner un inconnu de cette façon. En fait, Antón s’en amusait.

Après trente minutes de voyagement, il débarqua à une station qui, il le savait, n’était pas trop loin d’un coffee shop. Il y fit un arrêt rapide, se commandant un grand café noir avec quatre sucre, histoire d’être bien réveillé et d’avoir l’esprit aussi vif que l’éclair. Il ne fallait pas vraiment s’étonner qu’il n’ait besoin que de quelques heures de sommeil par nuit si chaque journée commençait ainsi. On pourrait presque croire que c’était du sucre et de la caféine qui coulait dans ses veines plutôt que du sang. Reposant son casque sur ses oreilles, il poursuivit sa route, étudiant les environs toujours en quête d’inspiration. C’est à cet instant qu’il vit une femme assise sur les marches devant un édifice à logement. Si de loin, elle semblait lui être familière, lorsqu’il fit quelques pas de plus, il la reconnu sans équivoque. Elsie? Demanda-t-il timidement, ne voulant pas la déranger. Elle leva la tête pour le regarder et Antón ne put s’empêcher de remarquer ses yeux rougis et sa mine basse. Tout ça n’augurait rien de bon. Et pourtant, elle le regarda, un sourire au visage. Hi! It’s good to see you, what’s up? Il lui rendit un maigre sourire, visiblement heureux de la revoir, mais tout aussi inquiet. It’s good to see you too. Not much, I was just heading to the Public Theatre to do some writing. What about you? Is everything okay? Sa voix l’avait sans doute trahi sur ces dernières paroles, laissant transparaitre son inquiétude. Peut-être ne voudrait-elle pas lui dire ce qui n’allait pas. Il comprendrait tout à fait. Après tout, il connaissait tout de même Elsie depuis un moment, il connaissait son caractère et son tempérament. Pourtant, il ne pouvait s’empêcher de poser la question, chose qui n’était pas simplement faite par politesse, mais par véritable intérêt.  Après tout, il s’était attaché à elle – sans doute plus qu’il ne l’aurait voulu – et elle était une amie donc il était légitime qu’il se fasse du soucis pour elle si les choses ne tournaient pas rond dans sa vie.

COSMIC SHEEP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‣ Messages : 39
‣ Points : 69
‣ Emploi : actrice et chanteuse à l'occasion, mais surtout actrice
‣ Situation amoureuse : fiancée, mais pas franchement heureuse...
Mar 8 Nov - 18:53

Elsie était fatiguée de tout ça, de toute cette situation. Elle aurait aimé avoir une relation beaucoup plus simple. Aussi simple que quand ils étaient au Mexique. Plus ça allait, plus elle se disait qu'ils n'auraient jamais dû venir s'installer à New York, parce que finalement, c'était depuis ce moment-là que Randy avait changé. Il avait eu du mal à s'intégrer dans cette grande ville, bien différente de sa vie d'avant. Il avait eu du mal à retrouver un travail en lien avec l'humanitaire. Il avait été obligé de changer de filière et avait été engagé dans un bureau, quelque chose qu'il détestait. Il ne s'épanouissait pas, et plus elle y pensait, plus Elsie se disait que tout cela, c'était de sa faute. Et si elle avait refusé qu'ils viennent tous les deux vivre à New York ? Même si sa famille lui manquait beaucoup, elle aurait pu se contenter de quelques voyages, qui lui auraient certes valus quelques économies, mais elle aurait fait cet effort. Peut être devrait-elle lui demander s'il se sentirait mieux s'ils retournaient vivre là-bas ? Peut être devrait-elle lui proposer de partir en vacances, car ils n'étaient pas beaucoup partis ensemble depuis qu'ils étaient arrivés à New York, et ça faisait quand même cinq ans. Se sentir fautive de tout ça ne faisait que raviver ses sanglots, bien qu'elle essayait de se contenir étant en public, assise sur ces escaliers. Elle ravalait ses sanglots, et alors qu'elle espérait ne croiser personne qu'elle ne connaissait, elle aperçut une visage familier et s'essuya rapidement les larmes qui glissaient sur ses joues.

« Elsie? » Elle tenta un sourire en levant son visage vers Tony. Elle était vraiment ravie de la voir, mais elle savait pertinemment qu'il était loin d'être bête, et que malgré son sourire, il allait bien voir que ça n'allait pas fort. Mais elle n'avait pas envie de perdre son temps avec les histoires entre elle et Randy. D'autant plus que même si elle lui avait déjà parlé de ses problèmes de ménage, elle ne lui avait jamais parlé de l'alcoolisme de son fiancé, ni du fait qu'il l'insultait sans arrêt. Elle ne voulait pas en parler, parce qu'elle gardait en tête que Randy ne pensait pas ce qu'il disait… Essayant de détourner un peu son attention, elle lui demanda tout naturellement ce qu'il faisait là. « It’s good to see you too. Not much, I was just heading to the Public Theatre to do some writing. What about you? Is everything okay? » Elle souriait, plus honnêtement cette fois, elle aimait bien son côté artistique, elle aimerait savoir écrire comme Tony écrivait, mais elle n'était pas vraiment douée pour ce qui était de l'écriture. Et puis elle pensait à la seconde partie de sa réponse. Elle baissa les yeux. « Yeah. Yes, everything is… fine. I'm fine. » Elle le disait sans aucune conviction. Elle n'avait juste pas envie de l'ennuyer avec ça, parce que ça l'ennuyait déjà assez elle. Elle leva les yeux pour le regard, et vit bien à son regard qu'il ne la croyait pas. D'un côté, elle devait avoir les yeux tout rouges et gonflés, elle ne pouvait tromper personne. Elle baissa les yeux de nouveau, jouant avec ses mains, nerveusement. « In fact, no. I am not I… I just had a kind of fight with my fiancé. More like one more fight… » Elle sentait les larmes monter de nouveau, et inspira profondément une nouvelle fois. Elle essuya les larmes qui naissaient aux coins de ses yeux. Elle ne voulait pas s'effondrer devant Tony. Elle savait qu'il était toujours un peu marqué par son divorce, et elle n'avait pas envie de jouer les pauvres malheureuses alors qu'elle avait toujours quelqu'un, au moins. « It's just that… I don't know. I think our relation is getting worse and worse. We have been engaged for a year now and we still don't have a date for our wedding and... » Elsie disait ça spontanément, mais elle y pensait depuis un moment. Ils n'avaient pas vraiment parlé du mariage en temps que tel depuis qu'ils étaient fiancés, et il serait peut être temps. Elsie savait que sa mère n'attendait que ça, de recevoir un carton d'invitation. Mais là maintenant, au lieu de penser à organiser leur mariage, elle pensait plus à chercher à savoir s'ils allaient se marier ou non.

Elle s'était finalement interrompu. Il fallait qu'elle arrête de s'étaler comme ça sur des choses qui n'intéressaient certainement pas Tony. Bien qu'elle n'ait pas de problème à se confier à lui, elle se doutait qu'il n'avait pas vraiment envie de l'entendre se plaindre de sa relation sans arrêt. « Anyway… It's pretty boring, I don't want to bother you with that... » dit-elle. Elle sentait que si elle continuait d'en parler, elle risquait de se mettre à pleurer, et ça ne servait à rien, ça n'arrangerait rien de toute façon. Elle devait plutôt profiter du fait d'être dehors, sans penser au moment où elle allait rentrer. Au point où elle en était, elle espérait qu'il serait endormi quand elle rentrerait, pour qu'elle n'ait pas à parler avec lui. Mais elle se disait qu'il faudrait qu'elle ait une discussion sérieuse avec lui un jour ou l'autre, de toute façon. « So tell me, what are you planning to write about today ? » Changer de sujet. Elsie était une professionnelle pour réussir à détourner l'attention, même si elle savait qu'elle ne duperait pas Tony, elle se disait qu'au moins, elle ne passerait pas pour une égocentrique qui ne parlait que d'elle, et de plus, elle appréciait écouter Tony quand il lui parlait de ses travaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‣ Messages : 120
‣ Points : 99
‣ Age : 24
‣ Emploi : auteur compositeur, il a déjà écrit quelques pièces qui n'ont eu qu'un succès modeste. il espère bien un jour voir l'une de ses productions sur broadway. en attendant, il travaille comme enseignant de musique dans un collège.
‣ Situation amoureuse : divorcé, il n'est pas prêt à se donner à nouveau.
Ven 11 Nov - 5:40






elsie & antón


I could find the whole meaning of life in those sad eyes. They've seen things that you never quite say, but I hear come out of hiding. I'm right here beside you and I'll stay there as long as you let me because you matter to me simple and plain and not much to ask from somebody.

Elsie lui dit qu’elle allait bien, mais Antón n’était pas dupe. Il ne dit rien pourtant. Il ne voulait pas la forcer à lui raconter quoi que ce soit.  Elle le ferait si elle en avait envie, si elle avait le cœur à discuter de ses problèmes… Ce qu’elle fit quelques secondes plus tard. In fact, no. I am not I… I just had a kind of fight with my fiancé. More like one more fight… Il fronça les sourcils avant de prendre place aux côtés d’Elsie. Il posa son sac à ses côtés puis, pris une gorgée de son café. Il savait qu’il ne bougerait pas de là aussi longtemps qu’elle voulait lui parler. Il était là pour elle. Le travail pouvait attendre. Et puis, il avait des heures devant lui pour pouvoir créer. Elsie, de son côté, se trouvait dans une situation difficile à l’instant même. Il ne pouvait pas la laisser comme ça. C’était dans sa nature après tout d’aider les autres, de tenter de les réconforter. Après tout, c’était aussi un peu ça, le boulot d’un artiste; illuminer la vie de quelqu’un, rendre la vie meilleure, chasser les nuages gris et laisser voir à l’audience que le soleil se cache quelque part, bien qu’ils ne le voient pas. Alors, il n’avait pas l’intention de partir de sitôt. Et puis, il aimait la compagnie d’Elsie, il pourrait bien passer la journée en sa compagnie si elle avait besoin de parler. It's just that… I don't know. I think our relation is getting worse and worse. We have been engaged for a year now and we still don't have a date for our wedding and... L’expression sur le visage d’Antón ne fit que se déteriorer à l’écoute de ces mots. Ce n’était définitivement pas ce qu’il aurait voulu entendre. I’m sorry to hear that. Répondit-il d’un ton compatissant. Il aurait voulu poser un geste pour accompagner ses paroles, mais il ne savait pas quoi faire, comment agir avec elle. Have you tried talking about it, telling him how you feel about everything? La question était un peu stupide en fait, mais en grand curieux qu’il était, Antón ne pouvait s’empêcher de la poser. Et puis, jusqu’à présent, Elsie lui avait simplement vaguement mentionné que sa relation de couple n’allait pas bien, mais n’était jamais entrée dans les détails. Du coup, ses questions étaient sans doute un peu plus légitimes. Enfin, voyant qu’elle semblait ne pas vouloir s’étendre trop sur le sujet de son couple, ce qui était compréhensible, Antón se contenta de répondre à la question qu’elle lui posa quant à ses plans de la journée. I don’t know actually. I don’t really feel inspired today so I was hoping that taking a walk to the theatre would help me find something to write about or give me inspiration in some way. Répondit-il en haussant les épaules, encore incertain de ce qu’il arriverait à créer. I’ll see where my mind takes me once the coffee kicks in. Ajouta-t-il avec un léger rire avant de prendre une gorgée de café avant de regarder la femme un air toujours un peu inquiet sur son visage. Il ne savait pas trop comment aborder le sujet. Il savait qu’il valait sans doute mieux lâcher le morceau, mais il était curieux et se disait qu’il ne pouvait pas rester comme ça sans rien dire ou rien faire. Il détestait voir les gens malheureux et aurait tout donné pour pouvoir la libérer de tout ce qui la tracassait, ce qui avait fait couler des larmes sur ses joues. C’est pourquoi sa curiosité l’emporta et il prit son courage à deux mains pour ramener la conversation au sujet précédent. So… Il prit une pause avant de finalement se lancer dans le vif du sujet.What happened with your fiancé ? La petite voix dans sa tête le maudissait, mais il s’en serait sans doute voulu de ne pas avoir posé la question. Il ne voulait pas sembler trop envahissant, trop invasif, mais en mentionnant que c’était une dispute de plus entre eux, elle avait piqué la curiosité du porto ricain. Étaient-elles fréquentes ces disputes ? Il savait très bien où elles pouvaient mener et se disait qu’Elsie ne méritait pas ça. Enfin, ce n’était pas que certains méritaient de voir leur relation s’écrouler ou mériter les disputes fréquentes, mais Elsie était tellement gentille, douce et somme toute fabuleuse, il semblait inconcevable que quelqu’un puisse s’emporter contre elle. Du moins, Antón n’arrivait pas à imaginer un jour s’emporter contre elle. I mean, if you don’t want to talk about it, it’s fine and I totally understand. I just… you saying that it’s not the first fight got me a bit worried. Au moins, c’était dit. Avec précaution, il poursuivit sur une pente qu’il savait glissante. As he ever been violent towards you or..? Il n’avait pas à poser ce genre de question, mais il avait vu, en grandissant, des familles ou la femme était abusée, ou l’homme levait la main sur son épouse et il avait toujours trouvé cela inacceptable. Il avait toujours voulu intervenir, mais n’avait jamais pu. Du coup, s’il avait une chance de peut-être changer les choses pour elle, ce serait stupide de ne pas la saisir, pas vrai ? I’m sorry, it’s none of my business, you really don’t have to answer that. S’empressa-t-il d’ajouter, soudainement nerveux. Pourquoi fallait-il qu’il soit aussi curieux? Quoi que là, c’était simplement qu’il s’inquiétait pour une amie, tout ce qu’il y avait de plus normal. Ç’aurait été n’importe qui d’autre dans son entourage qu’il aurait sans doute eu la même réaction.

COSMIC SHEEP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‣ Messages : 39
‣ Points : 69
‣ Emploi : actrice et chanteuse à l'occasion, mais surtout actrice
‣ Situation amoureuse : fiancée, mais pas franchement heureuse...
Sam 12 Nov - 22:17

Elsie n'était vraiment pas du genre à se livrer sur les choses qui lui arrivaient, surtout quand c'étaient des choses assez négatives comme là, avec son fiancé. En réalité, c'était pas qu'elle n'aimait pas en parler, mais elle n'aimait pas que les gens aient pitié d'elle. Elle détestait qu'on s’apitoie sur son sort, c'est pour ça qu'elle ne se livrait pas souvent. Même avec son meilleur ami finalement, Julian savait que ça n'allait pas entre elle et Randy mais au final, il n'en savait pas plus que ça non plus. Mais elle ne savait pas pourquoi, avec Anton, elle se sentait juste bien, elle savait qu'il n'aurait pas pitié d'elle, qu'il aiderait sans doute simplement de l'aider, qu'il était une oreille attentive, alors elle lui parlait de cette petite dispute, sans vraiment entrer dans les détails pour autant. « I’m sorry to hear that. » Elle tourna sa tête vers lui en souriant. Là où certaines personnes prononceraient cette phrase sans vraiment le penser, elle savait que Tony le pensait vraiment, ça se sentait au ton qu'il employait, et à son regard. « Have you tried talking about it, telling him how you feel about everything? » Si seulement… Elle aurait aimé lui répondre que oui, qu'elle lui en avait déjà parlé. Seulement Elsie, elle n'était pas vraiment courageuse, du moins, pas quand ça concernait sa vie de couple. « I… It's just not that easy... » Malheureusement. Elle aurait bien aimé que ce soit bien plus facile, qu'elle puisse lui parler de tout ce qu'elle ressentait mais elle n'y arrivait pas, notamment parce qu'il était ivre la plupart du temps et qu'elle ne voulait pas avoir ce genre de discussion avec lui dans cet état.

Mais bref… Elsie ne voulait pas s'étendre sur le sujet, elle ne voulait pas embêter Tony avec ça, alors elle changeait de sujet. Ce n'était pas qu'elle ne voulait pas parler de ses problèmes de couple avec lui, juste qu'elle ne voulait pas le déranger. Elle en revenait alors à ses projets pour la journée, lui posant des questions sur ce sur quoi il avait prévu d'écrire aujourd'hui. « I don’t know actually. I don’t really feel inspired today so I was hoping that taking a walk to the theatre would help me find something to write about or give me inspiration in some way. » Elle admirait son travail. Il lui avait déjà montré un peu ce qu'il faisait, et elle admirait qu'il soit aussi créatif. Elle était admirative.  Elle savait chanter, et jouer la comédie, mais seulement en faisant des reprises, en se basant sur le travail d'autres artistes…  Elle admirait ceux qui savait créer. « I’ll see where my mind takes me once the coffee kicks in. » Elle ria doucement, sans doute une des premières fois qu'elle riait depuis le réveil aujourd'hui. « Oh I'm sure you'll get there ! Sorry to keep you from going to the theatre though… » Si ça se trouve, il avait des plans, et Elsie s'en voulait de le retenir ici… Il trouverait sans doute le théâtre plus intéressant que ses déboires.

Un espèce de silence s'installait entre eux. Elsie regardait ses pieds. « So… » Elle leva la tête vers lui, sans trops savoir ce qui allait suivre. « What happened with your fiancé ? » Elle baissait les yeux de nouveaux. « Erm... » Elle ne savait pas par où commencer. Elle ne savait même pas si elle devait lui raconter ce qu'il se passait en détails. Au fond personne ou presque n'était au courant, à l'exception de Julian peut être qui savait à peu près mais qui n'aimait pas Randy du tout, alors Elsie évitait de trop lui en parler. « I mean, if you don’t want to talk about it, it’s fine and I totally understand. I just… you saying that it’s not the first fight got me a bit worried. » Elle leva la tête vers lui. « Oh no, please don't. Don't worry it's… It's nothing, just, it happens… Sometimes… » Elle se faisait à l'idée de lui raconter cette histoire, mais elle ne voulait pas qu'il s'inquiète, vraiment pas. Parce que ça n'en valait pas le coup. C'était trois fois rien après tout. Elle rebaissa les yeux à la fin de sa phrase. « As he ever been violent towards you or..? » Elle ne put s'empêcher d'avoir un léger sourire. Violent ? Mais quelle idée !  « I’m sorry, it’s none of my business, you really don’t have to answer that. » Elle leva les yeux vers lui. « No I don't mind, really… Thank you for caring. » ajouta-t-elle avec ce léger sourire. Elle était touchée de voir qu'il s'intéressait à elle, elle savait qu'il ne se sentait pas obligé, elle le connaissait un minimum. « First thing he has never been violent or anything, I mean, not physically violent at least. » Elle ne voulait pas qu'elle s'inquiète par rapport à ça, parce que Randy n'avait jamais levé la main sur elle. Elsie n'y avait jamais pensé, alors elle ne se sentait pas menacée le moins du monde. « The thing is we moved here in New York five years ago, and, I think Randy never really got used to the city. » révéla-t-elle. Du moins c'était ce qu'elle pensait, parce que si ça se trouve, pour Randy, c'était autre chose. « So, it's been almost a year now, that he drinks. A lot. Like, everyday when coming home from work, and every week-end because he doesn't have anything else to do and… » Elle baissa les yeux pendant qu'elle parlait. Oui, elle avait honte, elle ne savait pas pourquoi, mais, elle avait honte de sa situation. Elle ne savait pas ce qu'on pouvait penser d'elle, et elle espérait vraiment que Tony ne la juge pas là-dessus. Elle lui faisait suffisament confiance. Les yeux dans le vide, elle continuait. « He is always drunk, like for instance when I come home after a concert, even if it's still quite early, I know he would have passed out on the couch with empty beer bottles all around him. » Elle sentait une boule se formait dans sa gorge. Rien que d'y penser, ça lui faisait mal. Elle détestait avoir cette image en tête, elle détestait d'autant plus faire face à cette situation quand elle rentrait. Elle coninuait. « So, yeah… It's quite hard to find a moment to talk with him about how I feel because even if I tried, he probably won't remember it the next day. » Elle aurait aimé sourire, ou ne rien faire, ne rien dire, mais au lieu de ça, elle sentait des larmes lui montaient aux yeux. Elle gardait la tête baissait, en essayant de se calmer. « And also… When he is drunk, he calls me names… Awful things like a bitch or a slut… And… And I just don't understand… » Elle sentait une première larme, ou plutôt une nouvelle larme coulait le long de sa joue, qu'elle s'empressa d'essuyer. Mais finalement, elle sentait qu'elle commençait à pleurer, elle sentait les sanglots dans sa gorge, et ses joues qui rougissaient. Elle était terriblement gênée, elle ne voulait pas qu'Anton la voie comme ça, il n'était pas là pour ça. « I'm so sorry, I'm just really… tired with this whole situation. And keeping you here, I'm really sorry. » dit-elle en relevant un peu la tête et en s'essuyant les joues. Elle était vraiment épuisée, parce qu'avec tout ça, elle dormait si peu. Elle n'avait pas envie de le retenir en plus de ça, mais il savait qu'il n'allait pas partir. Parce que c'était Tony, qu'il ne l'avait jamais vu pleurer, et qu'il n'était probablement pas du genre à partir comme ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‣ Messages : 120
‣ Points : 99
‣ Age : 24
‣ Emploi : auteur compositeur, il a déjà écrit quelques pièces qui n'ont eu qu'un succès modeste. il espère bien un jour voir l'une de ses productions sur broadway. en attendant, il travaille comme enseignant de musique dans un collège.
‣ Situation amoureuse : divorcé, il n'est pas prêt à se donner à nouveau.
Dim 13 Nov - 19:16


elsie & antón


I could find the whole meaning of life in those sad eyes. They've seen things that you never quite say, but I hear come out of hiding. I'm right here beside you and I'll stay there as long as you let me because you matter to me simple and plain and not much to ask from somebody.

I… It's just not that easy... Il hocha la tête. I know. Lâcha-t-il dans un murmure, puis poussa un soupire. Il aurait voulu rendre la situation plus facile pour Elsie. Il savait à quel point la communication était cruciale dans une relation et que, dans les moments ou les choses allaient moins bien, c’était justement là qu’il fallait parler, ne pas avoir peur de se dévoiler à l’autre, d’oser parler de ses sentiments. Il  était déjà passé par là. Enfin, ce n’était pas la même situation, mais lorsqu’ils avaient perdu le bébé, Nina et lui s’étaient éloignés un moment. Ils leur avait fallu un certain temps pour remettre les choses en perspective, chacun de leur côté, mais lorsque ce fut chose faite, ils ont pu avoir une bonne discussion. Certes, le résultat n’avait pas été celui espéré. Si les choses s’étaient bien passées, sans doute seraient-ils encore ensemble, mais voilà, la vie en a décidé autrement. Pourtant, malgré la fin un peu triste de leur histoire, il n’en restait pas moins que la discussion avait été primordiale et que sans ça, ils seraient sans doute encore malheureux dans un mariage qui ne leur conviendrait plus. Il ne voulait pas la même chose pour Elsie. Il voulait que les choses s’arrangent pour elle, qu’elle retrouve le sourire. Enfin, il ne pouvait rien y faire. C’était entre elle et son fiancé.

Oh I'm sure you'll get there ! Sorry to keep you from going to the theatre though... Il la regarda avec un léger sourire. I hope so. Répondit-il en rigolant. And don’t worry about that. I don’t really have a fixed schedule or a time I need to be at the theatre. I just go there to write cause I get less distracted and usually more inspired than if I were at home or in a café. Ajouta-t-il. Ce n’était pas vraiment important de le savoir, mais il voulait, au fond, qu’elle sache qu’il était là pour elle, qu’il n’avait pas l’intention de partir de sitôt et qu’ils pouvaient discuter aussi longtemps qu’elle le voudrait et qu’elle en avait besoin. Il ne s’attendait pas vraiment à ce qu’elle s’ouvre autant à lui. Après tout, les questions qu’il lui avait posées étaient assez personnelles. Il croyait qu’elle lui dirait qu’il n’avait pas à poser ce genre de question, que ce n’était pas quelque chose qu’il était en droit de savoir, mais à sa surprise, après une brève hésitation, elle enchaina, lui en révélant un peu plus sur sa vie. Bien que le sujet soit assez déprimant en soi, il ne pouvait s’empêcher d’être heureux à l’idée qu’Elsie voit en lui quelqu’un à qui elle puisse se confier sans gêne, sans honte, qu’elle ose lui parler ainsi sans gêne. Il l’écouta attentivement lui raconter ses déboires, les tumultes de sa relation, se retenant de l’interrompre. Il savait que s’ouvrir ainsi ne devait pas être facile et il ne voulait pas rendre la chose encore plus difficile. Alors il se tu et se contenta de regarder Elsie, un peu plus choqué à chaque phrase qu’elle prononçait. En quelque part, il pouvait comprendre la situation dans laquelle était le fiancé d’Elsie. Après tout, lui aussi avait changé de vie du jour au lendemain et avait eu du mal à s’adapter. Ses parents en avaient fait tout autant, mais voilà, ils étaient toujours là, souriants, heureux. Pour eux, ça avait fonctionné. Étaient-ils simplement chanceux? La question pouvait se poser, mais Antón était de ceux qui croyaient que nous étions artisans de notre propre bonheur. C’est pour cette raison qu’il ne pouvait pas vraiment avoir pitié du fiancé d’Elsie. Bien des gens ne travaillaient pas dans leur domaine de prédilection. Beaucoup de gens qu’il connaissait n’étaient pas vraiment satisfaits de leur boulot, mais ils faisaient avec. Ils enduraient. Peu de ces gens s’étaient tourné vers des solutions drastiques comme noyer leur malheur dans l’alcool. En y pensant bien, il devait y avoir d’autres solutions que de se saouler et sortir cette colère, ce malheur sur une autre personne comme c’était le cas dans le couple d’Elsie. En fait, Antón ne comprenait tout simplement pas comment ils avaient pu en arriver là et ça lui brisait le cœur.


À l’instant ou il remarqua que les larmes coulaient à nouveau sur son visage, Antón passa un bras autour des épaules d’Elsie et il la serra contre lui. Il aurait tellement aimé pouvoir faire plus pour l’aider, mais c’était un problème personnel qu’elle devait régler seule. Il n’y avait qu’un chose à faire de son côté ; être là, l’épauler et l’écouter surtout. Oh god. I’m so sorry you’re going through that. You shouldn’t have to deal with any of this shit. Elle méritait tellement mieux. Elle méritait quelqu’un qui l’aimait vraiment. Parce que même si Antón ne connaissait presque rien de la relation qui unissait Elsie à son fiancé, il se doutait bien que l’amour ne semblait plus être au rendez-vous. Parce que lorsque l’on aime, on ne traite pas les gens de cette façon. And him being drunk, or stressed, or whatever he might feel, does not excuse all the things he said to you. You shouldn’t have to endure that no matter what. Il arrivait à peine à croire qu’il pouvait la traiter ainsi. L’espace de quelques secondes, il se dit que s’il était à la place du fiancé d’Elsie, il ferait les choses différemment, il la traiterait comme une reine. Parce qu’elle ne méritait rien de moins. I'm so sorry, I'm just really… tired with this whole situation. And keeping you here, I'm really sorry. Il rigola légèrement, un peu à contre-coeur, et secoua la tête de gauche à droite. You really don’t have to worry about me. Work can wait. This is more important. Il lui offrit un sourire compatissant. Il serait prêt à lâcher le boulot pour elle, pour la consoler si elle en avait besoin. Il espérait que ça lui apporte au moins un peu de réconfort de le savoir. Anyway, even if I left now, I don’t think I would do much work. Non, parce qu’il penserait à cette conversation et il ne serait pas concentré sur ce qu’il aurait à faire, il le savait. It's more important for me to be here anyway.

COSMIC SHEEP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‣ Messages : 39
‣ Points : 69
‣ Emploi : actrice et chanteuse à l'occasion, mais surtout actrice
‣ Situation amoureuse : fiancée, mais pas franchement heureuse...
Mar 15 Nov - 10:01

Elle se sentait désolée de retenir Anton ici. Bon, elle savait très bien qu'il n'allait pas partie comme ça, il était bien trop attentionné pour cela. Et ça la rassurait en soit, elle était très contente d'avoir quelqu'un comme lui dans sa vie, surtout à ce moment précis. Depuis qu'elle ne connaissait, elle avait toujours pu compter sur lui, même sans rentrer trop dans les détails de sa vie privée, il avait toujours été là pour elle. « I hope so. And don’t worry about that. I don’t really have a fixed schedule or a time I need to be at the theatre. I just go there to write cause I get less distracted and usually more inspired than if I were at home or in a café. » Elle souriait, malgré la situation. Elle était touchée de voir qu'il bousculait ses plans pour elle. Bon, en soit, comme il le disait, il n'avait pas vraiment d'horaires imposés, mais quand même… Anton était un homme tout simplement bienveillant. Elsie l'avait remarqué, il était tout sauf contraignant et essayait toujours d'arranger les gens qui l'entouraient. Elle avait totalement confiance en lui. Et après avoir un peu réfléchi, elle décidait finalement de tout lui raconter. Elle n'en avait jamais parlé à qui que ce soit, si ce n'est à Julian. Mais elle savait que Tony ne la jugerait pas, peu importe ce qu'elle pourrait lui dire. Il ne connaissait pas Randy, il ne l'avait jamais vu. Il aurait très bien pu le rencontrer un jour, mais Randy n'avait jamais voulu venir à un des concerts d'Elsie. Mais elle ne pensait pas qu'en racontant tout cela à Tony, les émotions allaient revenir au galop. Elle parlait, et en même temps, elle sentait doucement une douleur naître dans son ventre et une boule se former dans sa gorge. Elle sentait ses yeux de plus en plus humides, jusqu'à ce qu'une larme commence à couler sur sa joue. Elle essayait de respirer, de se retenir parce qu'elle ne voulait pas pleurer devant lui. Elle essayait de se cacher un peu, de cacher ses larmes. Mais elle se douta que cacher ses larmes étaient un effort vain quand elle sentit Tony la serrer contre lui. Elle se blottissait contre lui, ça lui faisait du bien, même si elle avait du mal à retenir ses sanglots. « Oh god. I’m so sorry you’re going through that. You shouldn’t have to deal with any of this shit. » Elle ne voulait pas vraiment qu'il ait pitié d'elle, mais d'un autre côté, elle était en train de pleurer dans ses bras, alors c'était compliqué de faire autrement. « And him being drunk, or stressed, or whatever he might feel, does not excuse all the things he said to you. You shouldn’t have to endure that no matter what. » Ca la touchait beaucoup de l'entendre dire ça, mais en même temps, elle savait très bien qu'il ne connaissait pas Randy, alors que son jugement n'était vraiment basé uniquement sur ce qu'elle venait de lui dire.

Elle se calmait doucement, parvenait à reprendre un peu ses esprits, à apaiser ses larmes et ses sanglots. Elle se détachait un peu d'Anton, et s'excusait encore une fois de le garder ici, de le retenir. « You really don’t have to worry about me. Work can wait. This is more important. » Elle souriait un peu nerveusement, ça lui faisait vraiment quelque chose de voir qu'il lui accordait tant d'importance. Il lui en accordait en tout cas plus que Randy lui en avait accordé ces derniers temps, la comparaison était flagrante. « Anyway, even if I left now, I don’t think I would do much work. » Elle baissa les yeux et se pinça les lèvres, en essuyant de nouveau des dernières larmes qui avaient coulé sur ses joues. C'était sans doute de sa faute à elle. Elle lui revaudrait ça, elle n'était clairement pas en état, à cet instant précis, de faire quoi que ce soit pour lui, mais elle le ferait. « It's more important for me to be here anyway. » Elle releva son regard pour le regarder dans les yeux. Elle s'était tue un moment le temps de se calmer un peu. « Thank you. For being here. I am so glad to have you right now. » Elle le pensait vraiment. Enfin, s'il n'avait pas été là, elle aurait aussi sans doute arrêté de pleurer et aurait finir par aller à son rendez-vous, mais là au moins, elle savait qu'à la fin de leur discussion, elle repartirait forcément avec le sourire, comme à chaque fois qu'ils se voyaient. « I know I should not ask you that because you're already nice enough for everything you're doing just now, but… Please, don't talk about it to anyone. » Elle ne voulait pas que ça s'ébruite. Elle se fichait d'être la fiancée d'un homme qui boit trop, mais elle ne voulait juste pas que la ville entière finisse par être au courant que lui était tout le temps ivre. Mais elle avait totalement confiance en Tony et elle savait qu'il ne dirait rien si elle le lui demandait. « I mean… It is so weird, you know ? Like, he is just so different. He wasn't like that at all when we met each other. You might have like him, back in time. But now, I… I just don't recognize him. » Quand il est ivre au moins, ce qui veut dire la plupart du temps. Il était tout bonnement une autre personne. Quand il était normal, il n'était pas grossier pour le moins du monde. C'était un homme très bien élevé, gentil, bienveillant. Un peu comme… Tony, finalement. Au fond, oui, Elsie se disait qu'ils se ressemblaient beaucoup tous les deux, à l'exception que Tony, lui, ne semblait pas avoir de côté sombre comme Randy. « I know I still love him, I think I do, but he is so different now… » ajouta-t-elle. Elle n'était réellement plus si sure que ça de ses sentiments, et en plus, plus le temps passé, plus elle commençait à se dire qu'elle devrait peut être rompre leurs fiançailles. Sans forcément le quitter, mais juste attendre. Peut être que ça lui ferait un choc à lui, et qu'il se comporterait différemment. « And I don't know… Maybe I am the one to blame, because if it wasn't for me, he would have never left Mexico. » Elle ne pleurait plus, mais du coup, elle se posait mille et une question. Elle avait cette impression de remettre toute leur relation en question en remplaçant plus événements par des « et si... ». « But he did, and now... » Et maintenant, ils en étaient là. Peut être qu'ils auraient dû rester au Mexique. Peut être qu'ils n'auraient pas dû rejoindre la famille d'Elsie ici à New York. Peut être qu'ils auraient dû continuer de voyager en humanitaire. Toutes ces choses. Mais il était trop tard pour changer quoi que ce soit de toute façon. « I am just wondering if… If I should do something, if I should help him or anything. I don't even now if he is an alcoholic or not, I mean I guess but I don't know, I don't know anything about all this. » Elle ne comprenait pas cette situation. Elle était chanceuse, et ne connaissait personne qui avait vécu ce qu'elle était en train de vivre, mais du coup, elle se retrouvait perdue, sans savoir quoi faire ni vers qui se tourner. Elle releva le visage vers Anton. « What would you do if… if you were in my shoes… ? » Elle se trouvait un peu coupable de lui poser la question, mais elle avait besoin de lui, du moins, elle avait cette impression d'avoir tant besoin de lui. Et pourtant, elle ne voulait pas lui mettre ce poids sur les épaules. « No, sorry, I can't ask you that. I guess I need to figure it out by myself. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‣ Messages : 120
‣ Points : 99
‣ Age : 24
‣ Emploi : auteur compositeur, il a déjà écrit quelques pièces qui n'ont eu qu'un succès modeste. il espère bien un jour voir l'une de ses productions sur broadway. en attendant, il travaille comme enseignant de musique dans un collège.
‣ Situation amoureuse : divorcé, il n'est pas prêt à se donner à nouveau.
Mer 23 Nov - 19:56


elsie & antón


I could find the whole meaning of life in those sad eyes. They've seen things that you never quite say, but I hear come out of hiding. I'm right here beside you and I'll stay there as long as you let me because you matter to me simple and plain and not much to ask from somebody.

Thank you. For being here. I am so glad to have you right now. Antón regarda Elsie, un sourire au visage. No need to thank me. That’s what friends are for, right? Et puis, ce n’était pas comme si rester là à l’écouter était quelque chose qui était inhabituel pour lui. Antón avait toujours été de ceux qui sont présents pour les gens qu’ils aiment, qu’importe le moment, qu’importe l’heure. Il ne comptait plus les nuits passées à parler jusqu’aux petites heures de la nuit avec des amis juste parce qu’ils en avaient besoin, parce que rêver de refaire le monde à trois heures du matin, c’est étrangement cathartique. Ça faisait un bien fou et ça permettait de se changer les idées, oublier les tracas pendant quelques instants. I know I should not ask you that because you're already nice enough for everything you're doing just now, but… Please, don't talk about it to anyone. Antón hocha légèrement la tête avant de dire Of course, I won’t. Elle n’avait même pas besoin de lui demander de ne le dire à personne. Il savait que cette histoire était bien trop personnelle et qu’Elsie lui avait raconté en toute confidence. De toute façon, la vie d’Elsie ne regardait personne d’autre qu’elle. Il n’avait aucun droit d’aller raconter ce qu’elle venait de lui dire, même si ça lui pesait sur le cœur. Parce que ce serait mentir que de dire que ça le laissait indifférent. Un peu perdu dans ses pensées, il posa à nouveau son regard sur Elsie lorsqu’elle reprit la parole. I mean… It is so weird, you know ? Like, he is just so different. He wasn't like that at all when we met each other. You might have like him, back in time. But now, I… I just don't recognize him. Antón ne savait pas trop quoi dire. Il ne trouvait pas les mots justes pour la réconforter, pour la rassurer et lui dire qu’au final, tout tomberait en place, que peu importe ce que serait la suite des choses pour Randy et elle, les choses finiraient par s’arranger. I know I still love him, I think I do, but he is so different now… Antón la regarda avec une mine un peu déconfite. Il ne savait pas quoi dire et se sentait presque mal de ne pas être en mesure de pouvoir la réconforter un peu plus que ça. Quoi que, peut-être qu’il n’y avait rien à dire, rien à faire de plus que d’écouter. Peut-être qu’elle avait simplement besoin d’une oreille attentive, quelqu’un qui, elle le savait, ne la jugerait pas. En tout cas, c’était ce qu’il savait faire de mieux en ce moment. La phrase qui suivit par contre provoqua là une réaction chez le portoricain qui ne put se contenter de simplement écouter.


Maybe I am the one to blame, because if it wasn't for me, he would have never left Mexico. Cette réplique laissa Antón figé pendant quelques secondes avant de secouer vivement la tête en signe de désaccord. Don’t say that. C’était désolant de la voir porter le blâme pour quelque chose qui, visiblement, n’était pas sa faute. You shouldn’t blame yourself for that. It’s not your fault if he started drinking and became the person he is now. Il haussa les épaules parce qu’en fait, il réalisait qu’il ne se basait que sur les dies d’Elsie et ne connaissait absolument rien de son fiancé. Il ne l’avait jamais rencontré, ne lui avait jamais parlé alors bon, son opinion ne comptait sans doute pas pour grand chose. Le fait n’en restait pas moins qu’elle ne devait en aucun cas se blâmer pour ce qu’il était devenu, qu’importent les circonstances qui l’avaient poussé à l’alcoolisme. I mean, I don’t know anything about him, how he was before you moved here but I guess you didn’t force him to come to New You, you let him a choice… Unless you dragged him onto the plane, which I highly doubt you did. So I really think you can’t blame yourself for what happened. Il resta silencieux un moment. Il ne pouvait s’empêcher de faire la comparaison avec ses parents, même si la situation était différente. Il n’en restait pas moins qu’il y avait une certaine similitude. Et puis, de toute façon, dans Washington Heights, il en avait vu, des gens dans une situation similaire. Et il avait aussi vu des couples qui en étaient simplement sorti plus forts, des familles qui s’étaient bâties au fil des années malgré les hauts et les bas, alors il savait que même si c’était difficile, c’était possible de s’en sortir et de ne pas succomber à la solution facile qui était de noyer ces sentiments indésirables dans l’alcool. C’est sans doute pour cette raison que, lorsqu’Elsie lui demanda son avis, Antón lui répondit franchement ce qu’il pensait. I would try to talk to him first, tell him how you feel. Maybe it’ll help him realize that it’s hard for you too. I mean, I don’t know what it’s worth but I guess you could give it a try. And maybe try to offer him some solutions, like support group or something like that. Show him that things don't have to be that way. Cause from what you’re saying, to me, it sounds like he is an alcoholic. En venir à cette conclusion pouvait être terrifiant tout d’abord parce que reconnaitre qu’une personne qui nous était cher était alcoolique était déjà difficile à accomplir. Ensuite, les implications qui venaient avec cette réalisation pouvaient être effrayantes. Qu’elle serait la suite des choses? Si elle le lui proposerait, voudrait-il de l’aide? Si la réponse à cette question s’avérait être négative, quoi faire? Y avait-il une solution au problème ou faudrait-il en venir à des solutions radicales? Antón était conscient que ça ne devait pas être difficile pour Elsie, mais il savait qu’elle était forte et que, peu importe le dénouement de cette situation, elle allait s’en sortir.

COSMIC SHEEP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

 
she seems happy but she's not (tony)


 :: MANHATTAN :: Downtown :: Greenwich Village
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Happy Birthday Disneyland Paris : 18 Ans de Magie.
» Parc Tony Neuman à Luxembourg
» tony parker...
» Happy Birthday Claudy !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
» Tony Curtis repose en paix.

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum