:: overture / and all that jazz :: hello ! my name is elder price :: fiches validées

 hannah ♡ the only negative thing i want in my life is a pregnancy test

avatar
‣ Messages : 118
‣ Points : 164
‣ Emploi : Broadway babe, interprète de Fantine dans Les Mis.
‣ Situation amoureuse : célibataire, single and ready to mingle.
Mar 27 Sep - 12:36

hannah marie woods
people will stare. make it worth their while.

feat lea michele

Âge : trente-deux ans. Le cap de la trentaine est passé, difficilement d'ailleurs et le premier cheveu blanc est arrivé. Un vrai scandale.
Date et lieu de naissance : le 14 Février 1984, à New York d'un père américain et d'une mère française, transbahutée par la suite (et pendant plusieurs années) entre la Côte Est et Paris.
Orientation sexuelle : bisexuelle militante, élevée dans un milieu suffisamment tolérant et ouvert d'esprit pour que son coming out ne provoque que bonnes réactions ‒ si on exclue la tante Ava, acide et retors, dont les opinions feraient passer n'importe quel Texan raciste pour un enfant de chœur.
Statut marital : célibataire, habituée aux fiasco des histoire d'amour, spécialiste de l'échec amoureux, abonnée aux déboires sentimentaux. Récemment séparée d'un garçon plus jeune, déjà prête à foncer à nouveau droit dans le mur.
Métier : comédienne, chanteuse, amoureuse de Broadway.

who are you?

Fille unique d'une pianiste française et d'un homme d'affaires américain amoureux de Broadway, Hannah baigne dans la musique depuis son plus jeune âge. Elle a appris le piano avant même d'apprendre à lire et c'est très naturellement qu'elle s'est passionnée pour Broadway et ses shows, ses lumières et ses paillettes. Malgré les réticences de sa mère qui aurait préféré qu'elle se préoccupe de l'école plutôt que d'apprendre des partitions, elle a décroché plusieurs rôles étant enfant. Son adolescence a été plus calme, en partie parce que ses parents se sont inquiétés pour son avenir, voyant ses résultats scolaires décliner régulièrement, chaque fois qu'elle a obtenu un rôle longtemps convoité et préparé. Contre l'avis de ses proches, Hannah n'a pas envisagé une seule seconde d'aller à l'université. Il y a eu quelques mois difficiles, quelques jolies engueulades avec papa-maman, très prompts à lui sortir leur "I told you so" mais elle a fini par s'en sortir. Le premier rôle a été le plus compliqué à obtenir (parce qu'avoir été Cosette à neuf ans ne veut plus dire grand-chose quand on en a dix-huit) et les autres n'ont pas suivi aussi facilement qu'elle aime le sous-entendre mais Hannah s'est fait un nom, au fil des années. Elle a tourné plusieurs fois pour différents spectacles, à travers les Etats-Unis, et elle a séjourné en Angleterre à plusieurs reprises pour d'autres rôles. Elle s'est épanouie dans cet univers et après plus de vingt ans à s'y mouvoir, il finit par le lui rendre bien. Ou presque.




Caractère

Depuis toujours, Hannah veut être la meilleure, peu importe le domaine. Gamine, il s'agissait d'avoir la meilleure note en algèbre et de réussir la plus jolie poterie, d'être la première à grimper tout en haut de la corde et de coiffer au poteau tous ses camarades en course d'orientation. Elle veut être au sommet et ne s'en est jamais caché. Et, bien sûr, ça nécessite des sacrifices, sacrifices qu'elle est d'ailleurs tout à fait disposée à faire. Sa carrière est la chose la plus importante à ses yeux, même s'il lui est arrivé de s'égarer une ou deux fois, comme l'année passée, lorsqu'elle a refusé son premier rôle au cinéma pour suivre l'homme de sa vie ‒ ou plutôt l'homme du moment ‒ à Londres, pour son job à lui. Elle disjoncte parfois, se laisse entraîner par ses sentiments. Hannah est sensible et plus amoureuse de l'idée d'aimer que de ses partenaires, hélas. Elle collectionne les histoires foireuses et elle n'a jamais réussi à fréquenter qui que ce soit sans que ça ne se termine mal. Il y aurait sans doute matière à élaborer sur le divan d'un psy mais elle n'est pas du genre à se laisser abattre. Non, elle fait ses valises, passe un week-end à Paris et retrouve ses habitudes en souriant, comme si son dernier mec ne l'avait pas trompé avec la costumière de son propre spectacle. Impulsive ? Peut-être un peu et ça lui a déjà joué des tours. Elle a essuyé plus d'un sermon de metteurs en scène excédé de l'avoir vue disparaître ‒ mais les understudies sont là pour ça, après tout, même si elle a un peu de mal avec l'idée qu'une autre personne joue son rôle. Ambitieuse, donc, et égocentrique avec ça. Hannah ne supporte pas de ne pas être le centre de l'attention. Elle veut briller, haut et fort, et qui que ce soit cherchant à se mettre sur sa route en paiera les frais. Elle n'aime pas laisser indifférent et ce n'est pas nécessairement une bonne chose. On l'aime ou on la déteste, peu importe dans le fond, à partir du moment où on parle d'elle. Elle sait qu'elle agace, s'en amuse de temps en temps. C'est presque un running gag avec ses proches, de découvrir qui l'encense ou la descend. Elle aime rire, même si le faire à ses dépens est encore un peu difficile. Il faut être humble, lui répétait souvent sa grand-mère maternelle mais Hannah sait ce qu'elle vaut et la fausse modestie n'est pas sa tasse de thé. Elle le dit souvent, parle beaucoup d'ailleurs. Grande bavarde, disaient ses professeurs sur ses bulletins. Plus d'un a dû la séparer de son frère jumeau, Leo, allié de ses plus grosses bêtises d'enfant et d'adolescente. Si Hannah n'hésite pas à mettre de côté des inconnus, elle est férocement loyale avec ses proches, notamment avec son frère. Elle estime que la confiance est un bien précieux et elle chérit ceux qui la lui ont offerte. Peut-être donne-t-elle la sienne un peu trop facilement, à la réflexion, et il lui est difficile de pardonner une fois qu'on l'a trahie. Rancunière ? Oh, si peu mais elle exècre l'injustice et la blesser en est une, alors mieux vaut ne pas s'étonner si son habituelle bonne humeur est remplacée par le masque froid d'une pétasse hautaine. Elle est très bonne dans ce rôle-là, après quelques années de pratique.


Les Misérables

Hannah et Les Mis, c'est une grande histoire d'amour. Ce n'est pas le premier musical dans lequel elle ait joué, le second seulement. Après avoir interprété Bielke dans Fiddler on the Roof, elle a convaincu sa mère de la laisser auditionner pour Les Misérables, en grande partie parce que ses parents avaient assisté à une représentation quelques années plus tôt et continuaient d'en parler comme s'il s'agissait du meilleur spectacle que l'Homme ait jamais créé. Malheureusement pour la gamine, elle n'a pas décroché de rôle immédiatement et, pour la consoler, sa mère les a emmené, Leo et elle, au théâtre la semaine suivante. C'est là qu'elle est tombée amoureuse, follement amoureuse pour la première fois. Elle s'est entêtée à vouloir auditionner, encore et encore, et ce n'est qu'après sa quatrième tentative qu'on l'a finalement sélectionnée pour jouer la jeune Cosette. L'expérience a été fabuleuse et elle la raconte encore avec beaucoup d'émotions. Les années ont passé mais Hannah ne s'est jamais vraiment détachée des Misérables. Elle a continué d'aller régulièrement voir le spectacle en simple spectatrice mais est aussi monté sur les planches, en tant que Cosette, plus âgée cette fois, mais aussi Éponine, à Londres, il y a cinq ans. Elle s'est passionnée pour la pièce dès son plus jeune âge et a même exigé de recevoir une copie de l'oeuvre originale pour Noël, l'année de ses dix ans. Il y a eu d'autres rôles, d'autres coups de cœur, c'est vrai mais Les Misérables lui reste très cher et ce, depuis plus de vingt ans. Elle interprète aujourd'hui Fantine, rôle qui ne lui est pas encore tout à fait familier. Elle a vu et travaillé aux côtés de nombreux grands noms de Broadway et du West End, jouant ce rôle-là, et c'est un peu une consécration de pouvoir chanter I Dreamed A Dream tous les jours devant une foule de spectateurs. C'est différent, oui, mais ça fait du bien.






Et toi? T'es qui?
‣ Pseudo / Prénom : scarlett glasses / Julia ‣ Âge : younger than you, that's for sure. ‣ Fréquence de Connexion : JAMAIS, j'ai absolument pas attendu ce forum depuis des lustres alors je viendrai pas, merde. ‣ Ce personnage, c'est : un dinosaure, à ce stade-là. Inventé, aussi. ‣ Tu nous as connu comment? : IL EST OU LE SMILEY CACA JE VOULAIS LE METTRE LA PTN    ‣ Un truc à dire pour finir? :      

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‣ Messages : 118
‣ Points : 164
‣ Emploi : Broadway babe, interprète de Fantine dans Les Mis.
‣ Situation amoureuse : célibataire, single and ready to mingle.
Mar 27 Sep - 12:37

Story of my life

La tension était palpable dans les coulisses et Hannah, du haut de ses neufs ans, n'y échappait pas. Tremblante, le cœur au bord des lèvres, elle regrettait presque de ne pas avoir écouté sa mère lorsque celle-ci l'avait mise en garde, avant son audition. Mais il était trop tard pour reculer maintenant – enfin, non, pas vraiment mais il était surtout hors de question de laisser Millicent prendre sa place. Cette petite dinde avait une voix insupportable et elle ternirait à coup sûr l'image du spectacle. « Prête ? » lui lança l'une des filles de l'ensemble, le visage fardé de brun. Hannah frissonna et déglutit avec difficultés, n'osant pas bouger un muscle. « Oh, sweetheart, ça va aller » Facile à dire pour elle, c'était loin d'être son premier show et elle faisait presque partie du décor. Néanmoins, Hannah s'efforça de lui sourire et d’acquiescer, feignant d'avoir été convaincue par la sincérité de ces quelques mots. Peut-être répétaient-ils tous depuis de nombreuses semaines, peut-être les avait-on jugé – l'avait-on jugée, elle – prêts mais ça n'empêchait pas cette fébrilité familière qu'elle ne réussissait pas à dompter. Et si elle se trompait, si elle ratait son entrée, si elle laissait échapper une mauvaise note ? On laisserait Millicent prendre sa place la prochaine fois et c'était tout bonnement inacceptable.

Se balançant sur ses talons, Hannah s'efforça de respirer profondément. Elle lâcha l'ourlet de sa manche qu'elle n'avait cessé de triturer jusque-là et réajusta une dernière fois son bonnet alors qu'on s'agitait de plus en plus autour d'elle. Le stress était visible sur les visages et, curieusement, voir tous ces adultes aussi angoissés qu'elle la rassura. La plupart d'entre eux étaient des professionnels, ils n'en étaient pas à leur coup d'essai et de toute évidence, ça n'empêchait pas l'inquiétude. Bien, bien, bien. « Cinq minutes, tout le monde, cinq minutes ! » annonça-t-on derrière elle. Ok, ok, elle pouvait le faire, elle allait le faire. Monter sur scène et – it was happening. Après toutes ces auditions, toutes ces répétitions, ces mises en garde de maman, ça allait arriver. Jamais son cœur n'avait battu aussi fort.


Quelque chose n'allait pas et elle l'avait senti au moment même où elle avait franchi la porte sous le regard sévère de sa mère. Quelque chose n'allait pas mais on ne lui disait rien. Sa mère était restée muette, hochant simplement la tête en l'écoutant raconter sa journée. Comme si le bon déroulement des répétitions n'avait aucune importance, ce qui était profondément blessant. Ses parents s'étaient montrés réticents au début, elle était alors assez âgée pour s'en apercevoir mais ils l'avaient toujours soutenu, avaient toujours écouté avec attention les récits de ses aventures au théâtre. Pourquoi tant d'indifférence maintenant ? « Hannah, il faut qu'on parle » annonça son père, une fois le dîner terminé et les banalités d'usage échangées. L'adolescente fronça les sourcils, pressentant le sermon. Elle connaissait son père, savait quand et pourquoi il utilisait ce ton-là avec elle. Peut-être, effectivement, oui, peut-être qu'elle n'était pas facile à vivre et, peut-être bien qu'elle se montrait parfois particulièrement difficile et capricieuse mais c'était justifié. La plupart du temps, du moins. Et elle ne se souvenait pas d'avoir fait quoi que ce soit nécessitant un sermon en bonnes et dues formes. En tout cas, pas récemment. « Le lycée a appelé et le moins qu'on puisse dire, c'est que les nouvelles ne sont pas très bonnes » reprit le paternel, plus austère que jamais. Hannah soupira, se retenant à grand peine de lever les yeux au ciel. Ce n'était que ça. Bon. « C'est comme ça que tu le prends ? » Elle haussa les épaules, peu impressionnée par le ton vaguement menaçant. Il y avait longtemps que son cher papa ne l'impressionnait plus. Probablement depuis qu'elle l'avait surpris à fricoter avec son assistante, le jour de ses douze ans. « Chérie, on ne veut que ton bonheur mais l'école, c'est- » Elle l'arrêta d'un geste désinvolte de la main. « C'est important, je n'arriverai à rien si je ne m'applique pas en classe, blablabla, je connais la chanson » répliqua-t-elle, peu disposée à entendre encore une fois ce discours-là. Ce n'était pas sa faute si les dates de la guerre d'Indépendance ne s'imprimaient pas aussi facilement dans son crâne qu'une partition, pas sa faute non plus si elle était plus douée avec un piano qu'avec de l'algèbre. « Hannah, on va finir par prendre des mesures » menaça à nouveau son père. Elle hocha mollement la tête, les lèvres pincées et les yeux perdus sur le mur, derrière lui. Ils avaient déjà eu cette conversation des dizaines de fois, ils avaient crié, elle avait pleuré et rien n'avait changé. Hannah était et resterait l'un des éléments perturbateurs de la classe, plus préoccupée par sa place au fond, à côté du radiateur que par la deadline imposée par le professeur d'anglais pour rendre sa rédaction. C'était comme ça et de toute manière, ses parents ne pouvaient rien y faire.

(Sauf que si, oh que si).


Elle n'était pas habituée à se mêler aux spectateurs, un programme à la main et son manteau dans l'autre. Non, sa place était dans les coulisses, à chauffer sa voix au milieu des autres, à plaisanter pour détendre l'atmosphère tout en sachant que rien ni personne ne pourrait calmer les tumultes de son cœur. Elle ne fréquentait plus les assemblées, plus depuis qu'elle montait sur scène. Ou du moins pas exclusivement. Bien sûr qu'il lui était arrivé d'aller voir quelques shows, ici et là, avec ses parents. Mais s'y rendre tout en étant consciente qu'elle ne fréquenterait plus le moindre théâtre de l'intérieur avant un moment ? C'était difficile à encaisser. Et elle avait essayé de refuser, au début. Elle avait tapé du pied, crié, hurlé même, tempêté qu'elle n'irait pas et qu'on pourrait lui en vouloir, ce ne serait pas grave. Elle ne voulait pas y aller mais il s'agissait tout de même de Wicked et, dans le fond, elle avait envie de voir ça. « Ce n'est pas une punition chérie, c'est pour ton bien. Tu nous remercieras quand tu auras ton diplôme » avait répété sa mère, lorsqu'Hannah s'était une nouvelle fois perdue dans un laïus sur sa liberté et son besoin de chanter. Pas une punition, yeah, right. Ça en avait pourtant tout l'air et l'amener au théâtre ressemblait vaguement à de la torture. Mais ça ne durerait pas. Elle allait bientôt avoir dix-huit ans et une fois le lycée terminé, ses parents n'auraient plus leur mot à dire.


Peut-être que convier ses parents à l'afterparty n'était pas l'idée du siècle. Sans doute pas mais elle avait déjà trop bu pour s'en apercevoir et c'est avec un grand sourire qu'elle les retrouva, discutant poliment avec l'un des producteurs. « Heeeeey ! » lança-t-elle, les bras grands ouverts pour les accueillir. Quelqu'un – sa doublure, sans doute – la délesta de sa coupe vide, probablement pour éviter qu'elle ne blesse qui que ce soit par inadvertance. Hannah bredouilla des excuses par-dessus son épaule sans voir son sauveur, trop occupée à serrer ses parents contre son cœur. Depuis qu'elle leur avait annoncé qu'elle n'irait pas à l'université, leurs contacts s'étaient faits plus rares, plus froids aussi et elle ne parvenait pas à se souvenir de la dernière fois qu'elle avait été aussi heureuse de les voir. Probablement parce qu'eux n'étaient pas ravis de la savoir à Broadway, à courir les auditions. Ils semblaient de meilleure humeur aujourd'hui – ou alors le champagne lui jouait des tours. Possible, très, très possible. Après tout, ils auraient préféré qu'elle poursuive ses études, au lieu de redevenir Cosette. « Hannah, tu es sûre que ça va ? » s'enquit sa mère, une fois libérée. L'intéressée hocha vivement la tête, une main toujours pendue au cou de son père. « Oui, oui, oh mon dieu, oui ! Je suis teeellement contente que vous soyez là, c'est merveilleux ! Parce que j'ai réussi, vous avez vu ? J'ai réussi » Elle éclata de rire, appuyée contre son père dont les joues rougissaient de colère à vue d'oeil. Mais Hannah était trop ivre – ivre de joie, ivre de succès, ivre de champagne, surtout – pour s'en apercevoir. Heureusement. Ce n'était clairement pas le moment de faire une scène. Encore que. « Oui, eh bien, c'est un début, c'est vrai mais- » Ah, of course. Elle pouvait toujours compter sur ses parents pour la rappeler à la réalité, right ? Ne rêve pas trop Hannah, travaille à l'école Hannah, trouve-toi un plan B Hannah. Elle allait répliquer – et bien moins joyeusement avec ça – lorsque le producteur lui coupa l'herbe sous le pied. « La suite devrait être tout aussi sympathique. Elle est faite pour ça » ajouta-t-il après un instant de silence, une seconde coupe à la main. Hannah l'accepta avec un sourire, sans quitter sa mère des yeux, la défiant de corriger un professionnel. Elle n'avait plus neuf ans, ni quinze d'ailleurs, elle n'était plus si influençable, plus si naïve non plus et il était temps qu'ils le comprennent, elle et son père.


Les cérémonies n'avaient plus vraiment de secret pour Hannah mais elle ne s'était toujours pas débarrassée du trac qui les accompagnait – et espérait que ça n'arrive jamais. Pour autant, ce soir, ce n'était pas tant la fausse note qu'elle craignait – en grande partie parce qu'elle ne serait pas sur scène, ha – mais les questions des journalistes. Elle avait appris à composer avec eux mais mentir restait un terrain dangereux, glissant pour elle. Et elle en avait assez de se cacher, d'esquiver sans cesse. Elle était nerveuse, oui, surtout parce qu'elle n'avait strictement aucune idée de ce qu'elle dirait lorsqu'on lui poserait la question. Celle à laquelle elle avait droit chaque année, celle qu'on ne manquait jamais de lui servir à chaque occasion. « Alors, Hannah, y'a-t-il quelqu'un dans votre vie ? » Holy shit, straight to the point. Elle avait à peine eu le temps d'articuler le nom de la maison à l'origine de sa robe qu'on l'attaquait déjà. Well. Elle baissa un instant les yeux, se mordant les lèvres de nervosité. Trop tard pour feindre. Elle avait l'impression que c'était écrit sur son visage. « Il y a quelqu'un, oui. Il est un peu plus jeune que moi et il est adorable. Il fait de la musique aussi, on se comprend. Je l'apprécie beaucoup » fit-elle, retenant à grand mal son large sourire. Après Londres et ses fiascos, Ashley avait quelque chose de rafraîchissant. C'était peut-être ça qui l'intéressait tant chez lui, sa nouveauté, sa candeur. Il manquait cruellement de confiance en lui et, pour tout dire, était à mille lieux des gens qu'elle avait l'habitude de fréquenter. C'était, yeah, rafraîchissant. « Et vous ne l'avez pas amené ce soir ? » reprit l'autre, certainement avide d'informations à déformer par la suite pour attirer les lecteurs, Jesus. Elle secoua la tête sans se départir de son sourire. Au moins, il n'avait pas demandé si Ashley avait un couvre-feu ou une connerie du même genre. Hannah n'était pas sûre de supporter ça. « Non, il avait d'autres obligations. L'année prochaine, peut-être ? » Et, merde, ne pouvait-elle donc pas venir seule aux Tony Awards ? N'était-ce déjà pas suffisant de réduire les questions au créateur de sa robe et à ce qu'elle comptait faire plus tard ? Sans doute pas, non.


« Comment ça, il fait partie du show ? » God, ce que Liv pouvait être lente, parfois. Hannah soupira, lui jetant au passage une poignée de popcorn qu'elle retrouverait sans nulle doute demain en nettoyant les coussins du canapé. « Il fait partie du show. Il a auditionné et il a été pris. Pour être honnête, j'ai eu un peu de mal à le croire, j'avais cru comprendre qu'ils n'étaient pas très chauds pour recruter des novices mais ce n'est pas le problème, Ashley a du talent. C'est juste que... c'est Ashley. Je n'avais pas imaginé que je le retrouverais comme ça » marmonna-t-elle dans son verre de vin. Aux grands maux les grands remèdes. Liv venait de rompre avec sa petite-amie de la semaine et Hannah, well. Hannah avait toujours un problème, en cherchant bien. Ashley rejoignant Les Misérables était un problème suffisamment sérieux pour être réglé à coups de Chardonnay et de matières grasses. « Please, tu n'imaginais pas le retrouver tout court. No offense mais vous n'aviez vraiment rien en commun. C'est un bébé, Han, et toi, tu es... » Elle acheva sa phrase d'un moulinet du poignet, ce qui n'était pas pour rassurer son hôte. « Je suis une trentenaire, célibataire et probablement malchanceuse. N'aies pas peur de le dire » ajouta-t-elle avec un râle dramatique. Trente-deux ans, god. Elle ne parvenait toujours pas à s'y faire. Il lui semblait que c'était hier qu'elle fêtait sa majorité avec quelques filles des Misérables de l'époque et ses rares amies de lycée, parmi lesquelles se trouvaient Liv. « Non mais tu ne t'es jamais dit qu'il faudrait peut-être arrêter avec les chanteurs ? Franchement, après Ashley, Henry et tous les autres... je ne sais pas, déniches-toi un avocat, ça pourrait fonctionner » conclut-elle en haussant les épaules. Hannah l'observa un instant, un vague sourire aux lèvres, avant de soupirer en secouant la tête. « Et finir comme ma mère, cocue et dans le déni ? Non merci » C'était pitoyable, après autant de temps. Elle s'était préparée à leur séparation depuis longtemps mais sa mère semblait déterminée à poser l'image de la famille parfaite, peu importe le parfum qu'elle retrouvait sur la veste de son mari. Ils étaient si bons dans ce tableau-là que c'est eux, vraiment, qui auraient dû monter sur scène. Alors non, Hannah ne voulait pas finir comme ça, mariée et malheureuse. Peut-être valait-il mieux avoir du succès et personne avec qui le partager, au final.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‣ Messages : 349
‣ Points : 719
‣ Age : 30
‣ Emploi : Danny Zuko dans Grease, ex-star de films Disney, roi des irresponsables
‣ Situation amoureuse : Célibataire et gros papillonneur. Divorcé, aussi - après un mariage extrêmement court et peu-productif avec Scarlett Van Doren.
Mer 28 Sep - 16:20



guys, be cool
(c) anaelle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‣ Messages : 440
‣ Points : 631
‣ Age : 26
‣ Emploi : libraire geek au drama book club sur Time Square
‣ Situation amoureuse : all by myyyseeeelf...
Sam 1 Oct - 10:51





can you feel the love tonight
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‣ Messages : 54
‣ Points : 42
‣ Emploi : Lycéenne
‣ Situation amoureuse : Team red sur Pokémon Go.
Dim 2 Oct - 19:48

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‣ Messages : 75
‣ Points : 109
‣ Emploi : assistante-productrice
‣ Situation amoureuse : Libre comme l'air
Dim 2 Oct - 23:54

On sait déjà que je suis pas amoureuse de Lea, mais je compte sur toi pour me faire changer d'avis Et puis Hannah quoi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‣ Messages : 349
‣ Points : 898
‣ Age : 25
‣ Emploi : Enjolras, youtuber, auteur-compositeur (en stand by)
‣ Situation amoureuse : Célibataire
Lun 3 Oct - 11:33

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‣ Messages : 349
‣ Points : 719
‣ Age : 30
‣ Emploi : Danny Zuko dans Grease, ex-star de films Disney, roi des irresponsables
‣ Situation amoureuse : Célibataire et gros papillonneur. Divorcé, aussi - après un mariage extrêmement court et peu-productif avec Scarlett Van Doren.
Mar 4 Oct - 16:39

WILLKOMMEN, Bienvenue
Validation



Félicitations !


TSSSSSS Julia faut arrêter de stresser pour rien, elle est parfaite ta fiche, as usual File RP maintenant

Comme on est sympas   on s'est occupés de rajouter ton avatar au bottin, ainsi que ton métier par ici vu que tu es un acteur de musical Par défaut nous acceptons pas les doublons de prénom, et du coup ton pseudonyme a été ajouté dans le bottin des noms et prénoms. En revanche, si tu as envie d'avoir des cousins et cousines impromptus tu peux nous le signaler pour ouvrir ton nom de famille

Bien évidement, comme sur tout forum, tu peux aller poster ta fiche de liens pour te faire plein d'amis et planifier tes rps   Si tu as du mal à te trouver un partenaire de RP, tu peux aussi venir en demander ici on passera forcément te voir Tu peux aussi signaler où vit ton personnage histoire de te trouver des voisins  

Ensuite, puisque tu as été ajouté au groupe correspondant à ton musical préféré, cela veut dire que tu peux l'aider à rester à l'affiche le plus longtemps possible Pour cela il faut aider ton groupe à gagner des points. Tu trouveras les explications détaillées et demandes dans cette partie là

Et en vrai, si tu es perdu, non seulement tu peux venir nous poser des questions (  ) mais en plus tu peux toujours te référer à ce master post pour te guider dans l'essentiel de Bobby.  

BON JEU        






guys, be cool
(c) anaelle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

 
hannah ♡ the only negative thing i want in my life is a pregnancy test


 :: overture / and all that jazz :: hello ! my name is elder price :: fiches validées
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Disney Channel] Hannah Montana (2006-2010)
» Hannah Montana
» Le rêve d'Hannah
» [Blu-ray] The Thing
» Un spin-off d'Hannah Montana ? Si oui, avec qui ?

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum