:: MANHATTAN :: Midtown :: Broadway :: Imperial Theatre

 Hansley ❝ hello, it's me ❞

avatar
‣ Messages : 349
‣ Points : 898
‣ Age : 25
‣ Emploi : Enjolras, youtuber, auteur-compositeur (en stand by)
‣ Situation amoureuse : Célibataire
Sam 8 Oct - 20:59



HANNAH & ASHLEY
❝ hello, it's me ❞

C’était le premier jour. Premier jour où ils se réuniraient tous à l’Imperial Theatre, où ils se rencontreraient, feraient connaissance. Ashley ne savait pas s’ils passeraient directement aux répétitions, ou s’il ne s’agissait réellement que d’une « rentrée ». On leur expliquerait alors comment se déroulerait les répétitions, probablement qu’on leur donnerait des groupes pour les créneaux horaires. Mais, dans le doute, Ashley avait passé une partie de sa nuit à répéter. Oh, cela n’avait absolument pas été prévu, pourtant. Mais, le stress aidant, il avait été incapable de s’endormir. Et s’il ratait le réveil et ne se levait pas, arrivant alors en retard ? Et s’ils faisaient une répétition et qu’il ne connaissait absolument pas son texte ? Il avait tourné et retourné dans son lit, pendant plus d’une heure, avant de se lever d’un bond et de rejoindre son salon, où se trouvait un magnifique piano à queue, ayant appartenu à sa mère – étant le seul musicien restant, il en avait donc hérité. Il n’avait pas chanté, bien entendu. Il ne faudrait pas non plus qu’il ne fatigue inutilement sa voix, alors qu’il pourrait bien en avoir besoin le lendemain. Non, il avait simplement fredonné les chansons, murmurant les paroles, les récitant. Il connaissait pourtant Les Misérables par cœur, qu’il s’agisse de la comédie musicale, du livre, et même des films. Il ne le dirait pas, encore moins après toutes ces années, mais c’était probablement lié à Leopold. Il fronça des sourcils, comme cela faisait longtemps qu’il n’avait pas pensé à son ex petit-ami, et premier amour.

Lorsqu’un cousin lui avait offert, pour son dix-septième anniversaire, une place pour l’une des premières représentations de la nouvelle production, il avait simplement haussé des épaules, vaguement intéressé. Il y avait toujours un cadeau comme celui-ci. Un cadeau qui avait vocation et une véritable intention de faire plaisir, mais qui tombait à côté. A cet anniversaire-là, pour lui, cela avait été cette place – qu’importe que son cousin, pensant réellement lui faire plaisir, et n’ayant pas exactement la même fortune que lui, ait dû se ruiner pour le lui offrir. Mais bon, il y était quand même allé, plus parce qu’il n’avait rien à faire d’autres qu’autre chose. Il était bien placé, très bien placé, même. Et à ce moment-là, il ne savait pas à quel point il l’était. Parce que quelques instants plus tard, un homme vint s’installer à ses côtés. Plus grand que lui, d’une peau d’ébène, et affreusement attirant, sans qu’il ne comprenne pourquoi. Cet homme devait bien avoir une dizaine années, plus ou moins, de plus que lui. Et puis, c’était un homme, aussi. Techniquement, un homme ne devrait pas être attiré par un autre homme. Pourtant, oui, il s’était aussitôt senti intimidé à ses côtés, et un rougissement avait bien rapidement atteint ses joues. Ils avaient fini par parler avant que le spectacle ne commence, et le courant était tout de suite bien passé. Ashley ne se rappelait pas de quand il avait pu passer une meilleure soirée que celle-ci. Ils s’étaient revus, puis encore, et encore. Et les choses en entrainant une autre, Leopold lui avait volé son cœur en moins de temps qu’il n’en faut pour dire Barricade.

Ce ne fut que tard dans la nuit qu’il parvint à s’endormir, veillant à bien mettre cinq réveils pour être certain d’arriver à l’heure. Si la nuit fut bien courte, il se sentit en forme dès les yeux ouverts, et la douche chaude qu’il prit pour réveiller ses muscles ne fit qu’augmenter ce sentiment de plénitude. Pour une très rare fois, il se prépara un petit-déjeuner, au lieu de simplement descendre en bas pour s’en acheter un. Mais il abandonna bien rapidement sa bonne résolution, comme les tartines qu’il avait mises dans le grille-pain commencèrent à cramer. Il n’y avait bien que lui pour ne même pas parvenir à se faire griller du pain, quand même. Mais qu’importe, il était une quiche en cuisine, il l’avait toujours été, le serait probablement toujours, et n’étant pas vraiment dans l’obligation de prendre des cours, il se contenterait de la délicieuse boulangerie à quelques pâtés de maison de son immeuble. Une fois sa commande entre les mains, il sauta dans un taxi qui l’amènerait au théâtre.

Ses yeux brillèrent, comme il arrivait enfin à destination. C’était vrai. C’était réel. Il avait obtenu le rôle d’Enjolras. Mon Dieu. Il jouait un vrai rôle dans Les Misérables. Non pas que Courfeyrac ne soit pas un vrai rôle, bien entendu. Il aimait Courfeyrac. C’était d’ailleurs lui, finalement, son premier vrai rôle, dans un vrai théâtre. C’était en le jouant qu’il était devenu la doublure d’Enjolras, jusqu’à finalement jouer son rôle lorsque le comédien se cassa la jambe, lors de la précédente audition. Mais, jamais il n’aurait cru pouvoir réellement l’obtenir, après une audition. Enfin … N’y avait-il pas meilleur que lui, après tout ? Lui qui était si … moyen. Malgré cette impression d’imposture qui le prenait alors qu’il entrait à l’intérieur du théâtre, il ne put s’empêcher de sourire en retirant son manteau. Il y était vraiment. Son sourire s’agrandit, comme ses yeux se mirent à pétiller, et il pénétra à l’intérieur de la salle. Ses pupilles durent s’habituer un moment à l’endroit où il se trouvait, mais bien rapidement, il se mit à l’admirer dans les moindres détails. C’était magnifique. Il était en avance, bien entendu. Il avait tellement eu peur d’être en retard, après tout, qu’avoir près de quatre-cinq minutes d’avance n’était pas si surprenant que ça venant de lui. Mais il s’en moquait. Il se sentait bien, ici. Il se sentait à sa place, tout simplement.

Voyant une jeune femme sur la scène, il fronça des sourcils, comme elle lui disait vaguement quelque chose, depuis l’autre bout de la salle où il se trouvait. Il pressa brièvement des paupières, avant de finalement décider de s’en approcher, sans se dépérir de son sourire aux lèvres. Puis il se figea un peu, comme ses pupilles distinguaient mieux sa silhouette, ses formes. Hannah. Bien entendu. Il se stoppa un moment, incapable de savoir s’il devait la rejoindre sur la scène ou non. Ce n’était pas que ça s’était mal fini entre eux mais … Enfin, Hannah était un peu une dramaqueen, il ne fallait pas l’oublier. C’était probablement ce qui lui avait toujours le plus plu, chez elle. Et après près d’un an et demi de relation, il pouvait comprendre sa réaction, d’une certaine façon. Ils s’étaient tous les deux investis dans cette relation, à leur manière, tout ça pour finalement découvrir qu’ils ne s’aimaient pas vraiment. Dans un soupir, après quelques longues secondes d’hésitation, il finit par grimper sur l’estrade, avant de se passer une main dans les cheveux. « Forcément … S’il devait y avoir une autre personne aussi en avance que moi, c’était bien toi. » Il avait tenté de faire un trait d’humour, raillant le fait qu’ils étaient probablement autant control freak l’un que l’autre, mais c’était probablement trop tôt. Et, en cet instant, il avait juste envie de se laisser engloutir par le sol, et de ne jamais en remonter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‣ Messages : 118
‣ Points : 164
‣ Emploi : Broadway babe, interprète de Fantine dans Les Mis.
‣ Situation amoureuse : célibataire, single and ready to mingle.
Mer 12 Oct - 15:00

I'm young enough to know I'm too young to quit. I'm old enough to want to get over it but the yearning is timeless and mine is as deep as the pit.
Mark Ronson // crackgifts@tumblr


L'arrivée sur un nouveau show, au sein d'une nouvelle troupe était généralement source de stress et depuis le temps, Hannah y était habituée. Ce n'était pas paralysant, ça ne l'empêchait pas d'aller au devant de ses nouveaux camarades mais c'était bien là, affolant son cœur, pressant ses mouvements avant de quitter son appartement. D'aucuns auraient avancé qu'il était idiot de se mettre dans un tel état pour un spectacle qu'elle connaissait si bien. Après tout, après ce premier jour, il ne resterait plus qu'un seule rôle féminin qu'elle n'aurait pas interprété ─ madame Thénardier viendrait un jour, elle le savait, peut-être l'année prochaine, peut-être dans cinq ans, elle n'en savait rien mais ça viendrait, c'était certain. Elle avait bâti sa carrière sur Les Mis et y revenir après tant de temps avait une saveur particulière. Celle du stress mêlé à la nostalgie, des répétitions acharnées dans sa chambre d'enfant, chez ses parents, et des dernières retouches de costume avant ses rares premières d'adolescente. C'était étrange et vaguement angoissant mais ô combien satisfaisant de savoir qu'on lui faisait toujours aussi confiance. Bien sûr, les visages avaient changé, tant sur scène qu'en coulisses, mais en franchissant les portes du théâtre, elle avait l'impression de revenir à la maison, des années après avoir campé Cosette et Eponine à tout âge.

Et elle était en avance, bien sûr. Arriver en retard était un caprice de starlette et Hannah était une professionnelle. Elle abandonna son sac et son manteau dans sa loge, n'emportant que ses partitions et son portable, serré si fort que les jointures de ses doigts en avaient blanchi. Elle n'avait pas peur, non. Elle était heureuse, si heureuse de revenir ici. N'importe quel autre rôle l'aurait enchanté et elle était toujours prête à relever un quelconque challenge, qu'il s'agisse de danse ou de transformation capillaire ─ après tout, elle était passé au blond sans hésiter pour Evita. Mais Les Misérables, c'était différent. C'était son premier grand rôle et ses premières angoisses, ses premières amours et toute son adolescence, toute sa jeunesse. Sa carrière était difficilement dissociable de ce show-là, peu importe le continent, peu importe la compagnie. Et revenir sur scène, sur cette scène-là, était profondément jouissif.

Ses joues étaient presque douloureuses tant elle souriait en faisant face aux dizaines de rangées de sièges vides. Voilà pourquoi elle était toujours autant en avance les premiers jours, pour profiter de cette plaisante quiétude. Bien sûr qu'Hannah préférait voir un théâtre plein à craquer, bondé de gens venus l'applaudir ─ well, elle et le reste de la troupe, obviously. Mais il y avait dans ce calme quelque chose de rassurant, de familier.

Un craquement à sa gauche la fit sursauter et elle se tourna brusquement, prête à hurler au loup. Des histoires de comédiennes sauvagement agressées, elle en avait entendu son lot au cours de son adolescence, pendue aux lèvres de filles plus âgées qui n'aimaient rien de plus que terroriser les plus jeunes. Ce n'était qu'un ramassis de conneries enjolivées, aux détails accentués, exagérés pour effrayer l'auditoire mais elle les avait encore en tête et, non, elle n'était pas prête à devenir une légende populaire. Pas comme ça du moins. Toutefois ce n'était pas un fan un peu dingue ou un régisseur psychopathe qui lui faisait face. Elle aurait presque préféré, à la réflexion. « Forcément… S’il devait y avoir une autre personne aussi en avance que moi, c’était bien toi » fit Ashley, pensant sans doute qu'une petite vanne détendrait l'atmosphère. Le sourire d'Hannah avait disparu en le reconnaissant, fébrile et sans doute stupidement heureux d'être là. Elle n'aurait pas dû être surprise de le voir là, pas vraiment. Elle avait lu son nom sur la liste des comédiens, elle savait qu'il avait finalement obtenu le rôle qu'il convoitait depuis si longtemps sans se donner vraiment les moyens de le récupérer. Objectivement, Hannah savait qu'elle allait tomber sur lui, à un moment ou à un autre. Ils appartenaient à la même troupe, for fuck's sake. Pour autant, elle avait secrètement espéré que ça n'arrive pas. La rupture était encore trop fraîche dans sa tête et elle gérait assez mal le fait de travailler avec ses ex. Si elle pouvait vivre le reste de son existence sans en croiser un seul, elle ne pourrait que mieux se porter. Hélas, Ashley était là et à moins de forcer son départ de façon vicieuse et violente, il ne disparaîtrait pas de sitôt. « Tu me connais trop bien » ironisa-t-elle, plus cassante qu'elle ne l'aurait voulu. Après tout, leur rupture l'avait soulagée. Ses amis avaient raison, ils ne formaient pas vraiment le couple idéal. Ils n'avaient rien ou peu en commun, sinon la musique. Là où Hannah affichait clairement ses ambitions et son désir de réussir sans la moindre gêne, Ashley préférait se terrer dans un coin en attendant que la chance tourne. Et, ok, yes, peut-être la chance avait-elle tourné en sa faveur cette fois ─ il était là, après tout ─ mais la vie ne fonctionnait pas comme ça. Leur histoire n'aurait jamais pu fonctionner, même si de longs mois passés ensemble auraient pu prouver le contraire. C'était un garçon gentil, oui, mais sans nul doute pas fait pour Hannah. Ceci dit, ça ne signifiait pas qu'elle était heureuse de le voir. Loin de là. Ashley était un échec pour elle, un de plus, un autre auquel elle allait devoir faire face pendant un moment. « Tu as fait le tour du propriétaire, tout est à ton goût ? » reprit-elle, tâchant de gommer de sa voix le ressentiment qui la secouait. Ce n'était pas juste et, quelque part, elle en avait conscience. Après tout, ils étaient tombés d'accord lorsqu'était venu le moment d'évoquer une séparation. Et c'était ça, le problème. Il ne s'était pas battu et, god, elle aurait donné cher pour qu'il se batte. Pour que quelqu'un, finalement, la juge digne de se démener pour elle, pour la garder. « Tu as encore une bonne demi-heure devant toi pour revoir tes lignes » ajouta-t-elle avec un coup d'oeil à sa montre. Autrement dit une demi-heure d'un douloureux silence. Parce que non, Hannah n'était pas prête à papoter joyeusement avec son ex. Peut-être avaient-ils été amis un jour, oui. Proches, certainement, complices même mais tout ça s'était terminé le jour où Ashley l'avait déçue en tournant si facilement la page de leur histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‣ Messages : 349
‣ Points : 898
‣ Age : 25
‣ Emploi : Enjolras, youtuber, auteur-compositeur (en stand by)
‣ Situation amoureuse : Célibataire
Mer 12 Oct - 23:04



HANNAH & ASHLEY
❝ hello, it's me ❞

« Tu me connais trop bien » lui répondit-elle finalement – et il ne la connaissait que trop pour ne pas percevoir son ironie. La pique lui fit plus mal qu’il ne l’aurait cru. Après tout, c’était fini entre eux, d’un commun accord, en plus, pourquoi serait-il blessé par sa pique ? Ou peut-être était-ce justement parce que la rupture avait été prise d’un commun accord, qu’il en était heurté. Une partie de lui avait espéré qu’ils pourraient rester amis. C’était probablement stupide de sa part, en même temps. Qui restait ami avec son ex, après tout ? Mais ils avaient été tant complices pendant si longtemps que … oui, il ne s’était pas attendu à ce qu’elle ne le repousse de cette façon, presque véhémente. Il aurait tant aimé continuer à la voir, rire avec elle, garder cette complicité et amitié qu’il avait pu y avoir entre eux. Il aurait pourtant dû s’en douter. Hannah était Hannah, après tout. Elle pouvait tellement être dramaqueen parfois que c’en était terrifiant. Mais, là encore, c’était quelque chose qu’il avait appris à apprécier chez elle, quand tant de personnes semblaient détester cet attrait de sa personnalité. Il aurait pu se dire qu’elle avait eu de véritables sentiments pour lui, que ce n’était que son égo qui l’avait protégée durant cette rupture mais … non, il n’y croyait absolument pas. Hannah ne l’avait pas aimé, pas une seconde. Ils avaient essayé, oui. Vraiment essayé. Ils ne seraient pas restés près d’un an et demi ensemble, sinon.

Mais cela avait été vain. Ils n’étaient pas amoureux. Hannah pas plus que lui. Là-dessus, leurs sentiments avaient été réciproques. Surtout que c’était finalement la jeune femme qui avait mis cette discussion sur le tapis. Oh, il comptait le faire, il avait juste cherché à trouver les bons mots. Clairement, il n’avait été qu’une seule fois dans la position de rompre, et cela avait été bien plus facile – Jamie l’avait trompé, il n’y avait donc aucune autre solution possible à ses yeux. Mais Hannah n’avait jamais rien fait, au contraire même. Il avait pu voir qu’elle avait tenté de faire des efforts, quelques fois, pour que leur relation puisse fonctionner. Si elle avait eu des sentiments pour lui, alors elle n’aurait tout simplement pas rompu. Peut-être aurait-elle cherché à mettre les choses à plat, à avoir une discussion sérieuse en réalisant les sentiments d’Ashley. Dans tous les cas, une personne amoureuse ne rompait pas juste comme ça, après près d’un an et demie de relation. La conclusion était donc facile à tirer.

« Tu as fait le tour du propriétaire, tout est à ton goût ? » reprit-elle, le ramenant sur terre, à ses côtés. Son ressentiment se faisait entendre et il se demandait quelle en était la raison. Il fronça des sourcils en la regardant, ne comprenant pas. Avait-elle un problème avec le fait qu’il ait obtenu le rôle d’Enjolras ? Certes, ils allaient devoir jouer ensemble mais … enfin, même pas tant que ça, en plus. Ce n’était pas comme si Fantine et Enjolras avaient beaucoup de scènes en commun, en même temps. Ils se croiseraient donc parfois lors des répétitions, puis lors des représentations. Mais ce ne serait pas beaucoup plus que cela. Alors pourquoi semblait-elle avoir un problème avec cela ? Surtout que, en toute honnêteté, il avait pensé qu’elle aurait pu être fière de lui. Après tout, c’était elle qui l’avait tant poussé à réaliser ses rêves, non ? Elle qui l’avait poussé à auditionner, à se donner une chance. Et il l’avait écoutée, avait suivi ses conseils, et aujourd’hui, il avait le rôle qu’il avait toujours eu envie de jouer, dès la première fois qu’il avait été à une représentation des Misérables. Mais bon, si la complicité et l’amitié étaient autant terminées que leur relation, il était stupide de sa part de s’attendre à de la fierté venant d’elle. Clairement, il n’était pas sa personne préférée, en cet instant. « Tu as encore une bonne demi-heure devant toi pour revoir tes lignes » Sa gorge se noua, et il détourna le regard, avant de fixer un point invisible sur l’estrade. Oui, il devrait probablement les revoir encore, elle avait raison. Si seulement sa voix n’avait pas été si tranchante, piquante, comme elle semblait le prendre de haut, alors il l’aurait remerciée pour son conseil, et s’y serait directement mis.

Mais ce n’était pas le cas. Et il prit sa pique comme un coup de couteau. Soudainement, il eut envie de disparaître de cette salle, de juste quitter cette ambiance lourde et pesante. Et peut-être était-ce aussi un peu enfantin de sa part, mais une part de lui avait également envie de se réfugier dans les toilettes, avant de laisser ses larmes rouler sur ses joues. Mais il n’était plus un enfant. Il était un adulte. Alors, non, clairement, s’enfuir pour aller pleurer plus loin n’était pas la solution. Il valait donc mieux ravaler ses larmes, et agir avec diplomatie. Elle ne voulait pas de sa compagnie. Il avait fait une erreur en venant lui adresser la parole. Il n’avait plus qu’à la laisser tranquille, si c’était ce qu’elle désirait. Qui était-il, de toute façon, pour lui imposer sa présence, hein ? Il se racla donc la gorge, tâchant de reprendre un peu consistance. « Ouais, je vais aller faire ça. » répondit-il d’une voix mal maitrisée, avant de se passer une main nerveuse dans les cheveux. « Ravi de t’avoir revue. » reprit-il sans même la regarder, comme il allait se dirigeait vers le rebord de la scène, avant de s’y asseoir, laissant ses jambes pendre dans le vide. Il ouvrit ensuite sa mallette, avant d’en sortir les feuilles.

« Enfin ravi … Tout est relatif, j’imagine. Ravi de revoir Hannah, celle qui a représenté une partie importante de ma vie. Ravi de revoir celle que j’ai, pendant un bon moment quand même, considérée comme une de mes meilleures amies. » lâcha-t-il entre ses dents, après quelques courts instants de silence. Il reporta son regard vers elle, ne cherchant même pas le sien, avant de le reposer sur ses feuilles. « Cette Hannah–là ? J’imagine que je préfère m’en passer. Donc faisons comme si on ne se connaissait pas, ce sera plus simple pour tout le monde. » Si sa voix laissait percevoir son trouble à la voir ainsi, il n’y avait pourtant pas une once de reproche qui ne s’y entendait. Tout simplement parce qu’il n’y en avait pas. Ashley n’était pas particulièrement doué, pour faire des reproches, de toute façon. Tout ce qu’il savait c’était qu’il avait besoin de rapidement se protéger, s’il n’avait pas envie de souffrir. Et, sachant qu’Hannah était professionnelle, il ne doutait pas qu’elle éviterait de faire des scènes devant les autres, ou toute autre chose qui pourrait ruiner l’ambiance de la production. Peut-être donc que cette proposition de juste s’ignorer lui irait tout autant à elle. Il n’en savait rien. En cet instant, ce n’était pas vraiment comme s’il la connaissait, en même temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‣ Messages : 118
‣ Points : 164
‣ Emploi : Broadway babe, interprète de Fantine dans Les Mis.
‣ Situation amoureuse : célibataire, single and ready to mingle.
Jeu 13 Oct - 0:36

I'm young enough to know I'm too young to quit. I'm old enough to want to get over it but the yearning is timeless and mine is as deep as the pit.
Mark Ronson // crackgifts@tumblr


Peut-être était-elle un peu trop dure avec lui. Elle savait combien Ashley était gentil, c'est ce qui lui avait plu chez lui. Sa gentillesse rafraîchissante qui contrastait tant avec les gens qu'elle avait l'habitude de fréquenter. Ashley était foncièrement sympathique, le gendre idéal vraiment ─ et Dieu seul savait combien les parents d'Hannah, sa mère surtout, auraient aimé que ce fut officiellement le cas. Ashley était gentil, sans doute trop. Même en mettant un terme à plus d'un an et demi d'une relation sans réel but, sans beaucoup d'amour, il avait été gentil. Hannah s'était souvent demandée s'il était seulement capable de faire du mal à qui que ce soit ou même d'envisager de le faire. Sans doute pas, non. Tout son contraire, en somme. Hannah avait peu de scrupules et peu d'amis aussi ─ il y avait sans doute un lien mais elle n'avait jamais pris le temps de appesantir dessus. Pourquoi faire, de toute façon. Elle avait trente-deux ans, il était trop tard pour changer.

Pourtant, elle regrettait vaguement de s'être laissée emporter. Vaguement seulement mais c'était déjà une première. Bien sûr qu'il lui était déjà arrivé de parler sans réfléchir, de ne pas songer aux conséquences en se laissant mener par ses sentiments ─ souvent même ─ mais elle ne s'était jamais attardée sur les sentiments que la suite pouvait lui inspirer. Pourtant, oui, pourtant voir Ashley si mal à l'aise sous son regard la dérangeait presque. Presque, keyword. Il ne faisait plus partie de sa vie et elle n'accordait que peu d'importance aux sentiments de gens étrangers à son existence. Mais il s'agissait d'Ashley tout de même et c'est donc pour éviter de commettre une erreur ─ comme de s'excuser par exemple ─ qu'elle détourna la tête, se mordant la lèvre inférieure. Difficile de nier que sa présence l'agaçait, ce qui était plutôt ironique quand on savait qu'elle l'avait elle-même encouragé à se présenter aux auditions. Il était là en partie grâce à elle ─ à cause d'elle, more like. Mais ce n'était pas tant de savoir qu'elle avait joué un rôle dans l'obtention du sien ─ ah ─ qui la perturbait, non. C'était plutôt cette tranquillité joyeuse avec laquelle il l'avait abordée, comme s'il espérait retrouver cette complicité de leurs débuts. Ignorait-il donc tout d'elle pour s'attendre à pareille réaction ? Ils s'étaient fréquentés pendant presque deux ans, il avait forcément dû se douter que leur rupture l'avait blessée. Pas sentimentalement, non. Jamais. Enfin, rarement. C'était certainement le plus triste, dans toute cette histoire. Ashley ne lui manquait pas, pas vraiment ─ sur le plan physique, à la rigueur, peut-être. Elle ne se languissait pas de le voir, ne s'attendait pas à ce qu'il appelle, ne se surprenait pas à vouloir lui envoyer le moindre message ─ well, that wasn't exactly the truth, ça arrivait de temps à autre, lorsqu'elle était témoin de petites choses que lui seul savait apprécier ─ bref, globalement, non, Ashley ne lui manquait pas. Elle n'était pas amoureuse de lui, pas plus qu'il ne l'était d'elle et c'était ça, précisément, tout le nœud du problème. S'il l'avait aimée, ne serait-ce qu'un peu, il n'aurait pas commencé à évoquer leur séparation. S'il l'avait aimée, il se serait battu. S'il l'avait aimée, il n'aurait pas ébranlé si violemment sa fierté. Voilà pourquoi elle était si dure. Et après tout, ce n'était pas comme s'il comptait riposter.

Hannah hocha donc la tête en l'entendant bredouiller à quelques mètres d'elle, captant du coin de l’œil la main nerveuse qui passait dans ses cheveux sombres. Sale habitude qu'il avait là, ça lui donnait l'air d'avoir quinze ans. Elle s'efforça de ne pas bouger, feignant d'être captivée par son feed Instagram, et soupira, soulagée, en réalisant qu'il s'était éloignée pour prendre place au bord de la scène. De seize il passait à neuf ans. C'était presque mignon, du moins ça aurait pu l'être si ça n'avait pas été aussi perturbant. Elle préféra finalement lui tourner le dos pour s'étirer, se félicitant d'avoir choisi des vêtements confortables plutôt que de jouer la carte de la séduction avec l'une de ses nombreuses robes affriolantes, parfaites pour jouer les divas.

Son dos venait juste de craquer doucement, habitué à l'effort mais encore engourdi par le sommeil, lorsqu'Ashley reprit la parole, plus amer cette fois. Plus, quoi, combatif ? Ah, c'était un peu tard pour ça. Elle s'immobilisa, parfaitement consciente du poids de son regard sur sa nuque dégagée par le vague chignon qui lui avait pris quinze secondes à peine, une minute plus tôt. Elle l'écouta sans se retourner, sans comprendre non plus ce qui l'avait motivé à parler. Quoi, elle l'avait blessé ? Oh, how cute. Elle se tourna finalement dans sa direction avec un rictus moqueur. « Tu t'attendais à quoi exactement, Ashley ? A ce que je te tombe dans les bras comme une gourde ? Que je m'étouffe de fierté de te voir là ? Tu as réussi, tant mieux pour toi mais si je n'ai pas envie de sauter au plafond, j'en ai tout à fait le droit. J'ai raccroché le rôle de la cheerleader quand on a rompu. Et, entre nous, endurcis-toi un peu, tu ne vas pas te faire que des amis ici. Peut-être que des centaines de milliers de gens t'adorent déjà mais ce ne sera pas le cas de tout le monde ici, mets-toi ça dans la tête » Elle inspira profondément, brièvement, les joues rosies par la colère. Qu'avait-il imaginé, vraiment, en la voyant là, sur la scène ? Ils avaient rompu et elle n'avait pas pris la peine de prétendre en être heureuse. Soulagée, peut-être, sur le moment, parce que ça ne rimait à rien. Peut-être avaient-ils été heureux ensemble, effectivement, mais ils n'avaient rien construit de solide. On ne bâtissait pas une relation sur une vague tendresse et une vie sexuelle épanouie. Voilà à quoi s'était résumé leur relation. « Et j'ai passé l'âge des gamineries. Je ne me suis pas spécialement cachée d'être avec toi, à l'époque » Elle n'avait même pas pris la peine de gommer les preuves de leur relation d'ailleurs, pas pris le temps d'effacer les quelques photos et tweets les affichant, elle et lui, sur Internet. « Alors tu fais ce que tu veux, mais les gens sauront que c'est arrivé. Et moi ça ne me gêne pas » Ou alors pas assez pour affecter son travail. Elle n'allait certainement pas laissé une erreur amoureuse ─ à défaut d'un autre terme ─ gâcher ses retrouvailles avec un show qu'elle chérissait depuis sa plus tendre enfance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‣ Messages : 349
‣ Points : 898
‣ Age : 25
‣ Emploi : Enjolras, youtuber, auteur-compositeur (en stand by)
‣ Situation amoureuse : Célibataire
Jeu 13 Oct - 21:29



HANNAH & ASHLEY
❝ hello, it's me ❞

Ashley n’aimait pas les conflits, il ne les avait jamais aimés. L’on aurait donc pu se demander pourquoi il insistait, au lieu de simplement lire ses partitions et de laisser ce silence, bien que très gênant, s’installer dans le théâtre. Lui-même se le demanda, une fois que les paroles sortirent de ses lèvres. Peut-être était-ce parce qu’elle l’avait blessé, en se montrant à mille lieues de ce qu’elle avait pu être avec lui avant. Peut-être était-ce simplement parce qu’il souhaitait se protéger, finalement. « Tu t'attendais à quoi exactement, Ashley ? A ce que je te tombe dans les bras comme une gourde ? Que je m'étouffe de fierté de te voir là ? Tu as réussi, tant mieux pour toi mais si je n'ai pas envie de sauter au plafond, j'en ai tout à fait le droit. J'ai raccroché le rôle de la cheerleader quand on a rompu. Et, entre nous, endurcis-toi un peu, tu ne vas pas te faire que des amis ici. Peut-être que des centaines de milliers de gens t'adorent déjà mais ce ne sera pas le cas de tout le monde ici, mets-toi ça dans la tête » Okay, ça faisait mal, et il sentit sa mâchoire se serrer, comme il assimilait tout ce que son ex petite-amie pouvait lui dire. S’il reposa son regard sur elle, il le détourna bien rapidement, n’ayant juste le temps d’apercevoir ses joues rougies – mais vu le ton qu’elle employait, il doutait que ce ne soit pour une autre raison que de la colère.

Le fait est qu’il ne s’était pas réellement attendu à quoique ce soit. Lorsqu’il avait vu son nom parmi la liste des comédiens, il n’avait pas pu retenir le sourire qui avait élargi ses lèvres, illuminant son visage d’allégresse. Il avait été heureux pour elle, heureux qu’elle puisse rejouer dans cette comédie musicale qu’elle chérissait tant. Comédie musicale avec laquelle elle avait démarré sa carrière. Et, oui, il avait véritablement été heureux pour elle, se doutant de sa réaction en apprenant la nouvelle. Puis, ensuite, il s’était demandé ce que cela ferait, de la croiser tous les jours ou presque, maintenant qu’ils avaient rompu. Mais il avait simplement haussé brièvement des épaules, se disant qu’il avait un peu de temps avant d’y être confronté, et donc d’y penser.

Il aurait pourtant dû se douter qu’elle réagirait ainsi, finalement, et il ne se sentait que stupide d’avoir été heureux de la revoir. Hannah avait un égo particulièrement surdimensionné. Certains diraient que c’était insupportable, lui avait vraisemblablement toujours apprécié cette facette de sa personnalité. Parce qu’elle contrastait énormément avec son propre caractère, et qu’il l’admirait pour croire en elle et ainsi ne jamais se laisser faire. Lui qui avait tant tendance à se laisser marcher sur les pieds. Non pas par peur des représailles ou autres. Mais simplement parce qu’il n’avait jamais osé s’imposer, doutant bien trop de ses pensées, de ses idées, de tout, en fait. Et qu’il trouvait plus simple, finalement, de juste abdiquer, plutôt que de devoir se battre pour une chose en laquelle il ne croyait que rarement. « Et j'ai passé l'âge des gamineries. Je ne me suis pas spécialement cachée d'être avec toi, à l'époque » Gamineries. Que le terme pouvait être choisi à pic. Il se demanda un moment si elle l’avait choisi exprès, avant de se dire que c’était probablement le cas.

Oui, elle avait probablement voulu appuyer là où cela faisait mal, son âge, ou plutôt leur différence d’âge. Non pas que cela l’ait dérangé, lui. Plutôt son père, en fait. Et il aurait dû l’écouter, tout compte fait. Après tout, ne lui avait-il pas dit que cela cachait quelque chose, qu’une femme plus âgée ne s’intéresse à lui ? Il lui avait dit du temps où il sortait avec Jamie, puis redit une fois qu’il s’était mis en couple avec Hannah. Il y avait anguille sous roche à ce qu’une femme de près de dix ans de plus que lui ne fasse que lui jeter le moindre regard. Et il avait eu raison. Jamie l’avait trompé encore et encore, quand bien même elle savait à quel point la fidélité pouvait être important pour lui. Et Hannah … Et bien, il n’y avait qu’à la voir aujourd’hui pour savoir qu’elle n’aurait jamais dû lui accorder de l’attention, et qu’elle le regrettait amèrement à présent. Il n’était probablement qu’une déception de plus, encore et encore. A croire que c’était l’histoire de sa vie que de décevoir les autres.

« Alors tu fais ce que tu veux, mais les gens sauront que c'est arrivé. Et moi ça ne me gêne pas » Il lâcha un soupir, refusant expressément de la regarder – et peut-être était-ce immature, oui, ou alors tout simplement de son âge, il n’en savait rien – comme il réalisait qu’en plus elle n’avait pas compris ce qu’il voulait dire. C’était de sa faute, probablement. Il aurait dû parler plus fort. Il aurait dû maitriser sa voix, la poser. Ou utiliser d’autres mots, tout simplement. « Ce n’est pas ce que je voulais dire » souffla-t-il donc avant de se mordiller nerveusement la lèvre inférieure. Pendant un moment, il ne reprit plus la parole, laissant le silence s’installer dans le théâtre, fixant ces feuilles contenant ces lignes qu’il connaissait pourtant par cœur, à force de se les être récitées. Il vint ébouriffer une nouvelle fois ses cheveux de sa main, nerveusement. Il n’aimait pas les conflits. Il ne les avait jamais aimés. Il avait toujours tout fait pour les éviter et, clairement, devoir en faire partie d’un ne l’enchantait pas. « Je veux dire … Dans le comportement. Juste s’ignorer, quoi … On n’est pas non plus obligés de se parler, non ? » reprit-il finalement, d’une voix balbutiante, comme il sentait sa gorge se serrer à cette pensée. Il se demanda ce qu’il aurait pu faire pour arranger les choses, pour simplement … ne pas laisser la situation dégénérer au point qu’elle n’en vienne, apparemment, à le détester et vouloir lui faire du mal. Mais il avait beau y réfléchir, il ne parvenait pas à trouver la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‣ Messages : 118
‣ Points : 164
‣ Emploi : Broadway babe, interprète de Fantine dans Les Mis.
‣ Situation amoureuse : célibataire, single and ready to mingle.
Jeu 20 Oct - 16:58

I'm young enough to know I'm too young to quit. I'm old enough to want to get over it but the yearning is timeless and mine is as deep as the pit.
Mark Ronson // crackgifts@tumblr


Fût un temps où elle avait trouvé sa douceur, sa fragilité même, charmante. Il l'avait séduite avec ses sourires tendres et ses compliments maladroits, l'avait charmée par son manque de confiance en lui et son désir de bien faire les choses. Aujourd'hui, pourtant, elle avait terriblement envie de le secouer pour lui faire ouvrir les yeux. Parce que les gens n'étaient pas tous gentils, parce que la vie n'était pas un conte de fées et qu'il n'avait franchement plus rien d'un prince, loin de là. Que croyait-il, qu'elle allait se précipiter sur son portable pour effacer toute trace virtuelle de leur relation, qu'elle nierait avoir parlé de lui dans une ou cinq interviews, qu'elle allait mentir pour éviter tout malaise ? Le malaise était déjà là, c'était un fait et elle n'allait certainement pas lui rendre la vie plus facile, même si ça signifiait supporter ça elle aussi. Plutôt crever que de perdre la face. Hannah n'avait honte de rien ou presque, et Ashley n'avait pas suffisamment compté pour faire partie du cercle très fermé de ses regrets. Elle avançait, coûte que coûte. Et quelque chose lui disait qu'il allait beaucoup lui en coûter de faire face à Ashley tous les jours. Pourtant elle ne regrettait rien. Ils avaient été heureux ensemble, aussi heureux que l'on pouvait être sans s'aimer, et ils avaient passé de bons moments. Certes, elle lui en voulait d'avoir réussi à s'éloigner aussi facilement et elle n'était pas près de lui pardonner cette désinvolture mais, dans le fond, pouvait-elle vraiment lui en vouloir à de n'être pas tombé amoureux ? Hell yes était sa réponse instinctive, évidemment. Ça l'avait blessée, plus que vexée d'ailleurs, probablement parce que ce n'était pas la première fois. Comme si elle n'était pas assez bien pour être l'objet des sentiments de quelqu'un. Tss.

Et il avait l'air si frêle, assis sur le rebord de la scène, penché sur ses partitions à chercher ses mots. Les notes ne lui inspireraient rien pourtant et il était plutôt facile de deviner qu'il fuyait son regard. Hannah émit un ricanement sec, presque amusée par la situation. Curieusement, il n'avait jamais semblé si impressionné que ça, face à elle. Pas au point de ne pas pouvoir croiser son regard. Il finit par ouvrir la bouche pourtant et Hannah leva les yeux au ciel. Quel cliché, cette phrase. Ce n'est pas ce que je voulais dire, ce n'est pas ce que tu crois, tu n'as pas compris, ce n'est pas ça. Elle connaissait la chanson, thanks. Elle croisa les bras, attendant le reste des explications. Et, boy, elle ne fut pas déçue. C'était ridicule, tant la proposition que la voix avec laquelle il amenait ça, tremblotante, incertaine. Quoi, son ressentiment l'effrayait-il tant que ça ? Poor thing, songea-t-elle, amère. « Well, je n'avais pas l'intention de te coller, si c'est ce que tu pensais. Plutôt le contraire, en fait. Tu ne t'attendais pas sérieusement à ce que je te tombe dans les bras et qu'on soit les meilleurs amis du monde, si ? » lâcha-t-elle avec un bref éclat de rire sans joie. C'était donc comme ça qu'on gérait les ruptures, quand on était né après 1990 ? « Que ça te plaise ou non, on est sur le même show et non, je ne compte pas nier en bloc si par hasard quelqu'un me parle de ce qui s'est passé entre nous. C'est arrivé, c'est fini, parfait. Ce n'est pas ça ou te voir au théâtre qui va gâcher mes performances. Tu n'es pas le premier ex avec qui je travaille, figure-toi » Le costumier londonien ne comptait pas vraiment mais il n'avait pas besoin de le savoir. « Et fort heureusement pour toi, il y aura bientôt assez de gens sur cette scène pour qu'on n'ait pas à se regarder. Réjouis-toi, tu vas pouvoir m'ignorer sans le moindre problème » Elle n'avait pas eu l'intention de dire ça avec tant d'amertume mais trop tard, c'était sorti et elle n'allait certainement pas revenir sur ses mots. Pas maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
‣ Messages : 349
‣ Points : 898
‣ Age : 25
‣ Emploi : Enjolras, youtuber, auteur-compositeur (en stand by)
‣ Situation amoureuse : Célibataire
Sam 22 Oct - 12:13



HANNAH & ASHLEY
❝ hello, it's me ❞

Sa voix se faisait déjà peu maitrisée, alors qu’il essayait d’aller au fond de sa pensée, de lui montrer que, non, ce n’était pas ce qu’elle avait compris. « Well, je n'avais pas l'intention de te coller, si c'est ce que tu pensais. Plutôt le contraire, en fait. Tu ne t'attendais pas sérieusement à ce que je te tombe dans les bras et qu'on soit les meilleurs amis du monde, si ? » dit-elle avant de lâcher un rire qui lui paru tout ce qu’il y avait de plus froid et ironique. Le pire était probablement que, s’il ne s’y était pas réellement attendu, il l’avait tout de même espéré. Après tout, s’il n’avait pas été amoureux d’elle, elle avait été très importante pour lui, avait occupé une place très importante dans sa vie, durant plus d’un an et demi. Et ce n’était pas rien. Autant dire que s’il ne l’appréciait pas, s’il ne l’aimait pas – même si ce n’était pas des sentiments amoureux, il l’aimait quand même – il n’aurait pas passé tout son temps libre ou presque avec elle pendant autant de temps. « Que ça te plaise ou non, on est sur le même show et non, je ne compte pas nier en bloc si par hasard quelqu'un me parle de ce qui s'est passé entre nous. C'est arrivé, c'est fini, parfait. Ce n'est pas ça ou te voir au théâtre qui va gâcher mes performances. Tu n'es pas le premier ex avec qui je travaille, figure-toi » continua-t-elle, répétant finalement ce qu’elle lui avait dit quelques instants plus tôt.

Parce que ce n’était pas absolument pas ce qu’il voulait. Il trouvait même l’idée plutôt ridicule. Il ne comptait plus le nombre de photos d’eux qu’il avait pu partager sur son compte Instagram, et il ne comptait nullement les supprimer. Bref, il ne voulait pas « nier » toute relation qu’il y avait pu y avoir entre eux. Il n’en avait absolument pas envie. Il ne comptait pas mentir si on lui posait la question – il était, de toute façon, un bien piètre menteur. Il voulait simplement que la tension disparaisse. Qu’elle arrête de lui lancer ces piques visant à le blesser. Bref, finalement, il voulait juste qu’elle arrête de le détester. « Et fort heureusement pour toi, il y aura bientôt assez de gens sur cette scène pour qu'on n'ait pas à se regarder. Réjouis-toi, tu vas pouvoir m'ignorer sans le moindre problème » Mon Dieu, mais comment est-ce qu’elle le voyait, au juste ? Mais bon, il valait mieux ne pas insister, finalement. Elle avait décidé qu’il était un connard, pour il ne savait pas quelle raison. Et Hannah était têtue, butée. Nul doute qu’elle ne changerait donc pas d’avis de sitôt.

Bref, malgré l’immaturité de son comportement, il préférait encore rester dans son coin et ruminer tout seul. De toute façon, qu’importe ce qu’il pouvait dire, il s’exprimait mal, ce qui faisait qu’elle comprenait de travers. Et il détestait bien trop les conflits pour imposer son point de vue, imposer ce qu’il avait souhaité dire. Qu’elle croie ce qu’elle veut, qu’elle déforme ses propos autant qu’elle le veuille si cela lui faisait plaisir, il abandonnait. Un soupir las s’échappa de ses lèvres, comme il reposa son regard sur ses feuilles, ses iris sur le texte sans réellement le lire. Il ne parvenait pas à se concentrer, avec Hannah derrière lui. Avec Hannah voulant délibérément le blesser, aussi. Ce n’était pas tant ses mots ou son ton qui le blessait, finalement. Mais la simple intention qu’elle avait de le faire. Elle voulait lui faire du mal. Elle le détestait. Celle qu’il avait considéré comme l’une de ses plus proches amies, une de ses meilleures amies, même, le détestait à présent. Il n’aurait jamais dû sortir avec elle. Il avait tout gâché. Bon, certes, cela n’avait pas vraiment été son idée, mais là n’était pas la question. Il avait tout gâché, parce que c’était tout ce qu’il était capable de faire. De blesser les gens, de les faire le détester.

Et à quoi bon lui répéter, encore et encore, qu’il souhaitait juste qu’elle ne veuille pas lui faire du mal, ou que juste elle l’ignore en le voyant ? Que ce serait mille fois mieux que de lui lancer ces remarques acerbes, simplement parce que, d’une certaine façon, même s’il ne le comprenait pas, il avait pu la décevoir ? Bref, simplement l’ignorer, même faire comme s’il était juste invisible, ce serait mieux que ça. Bref, qu’elle le traite comme si elle ne le connaissait pas, comme s’il était un inconnu. Mais apparemment, il ne parvenait pas à s’exprimer correctement, et il n’avait pas envie de se battre pour cela. Parce que c’était probablement perdu d’avance, de toute façon. Hannah était particulièrement butée, et elle avait compris quelque chose et n’en démordrait plus. C’était Hannah, elle était comme ça, il ne la changerait pas de toute façon.

Mais parce qu’il devait bien au moins dire quelque chose, que c’était la moindre des politesses après tout, il soupira longuement, comme il se passa une main dans les cheveux, se les décoiffant de nouveau. « Je ne compte absolument pas nier notre ancienne relation. » dit-il en roulant des yeux, même si elle ne le verrait pas vu les positions dans lesquelles ils se trouvaient. « Pour le reste, fais comme tu veux. » Son ton soulignait la lassitude qu’il pouvait ressentir – et dire que ce n’était que le premier jour, bon Dieu, qu’est-ce que ce serait dans quelques mois. « Si t’as envie de me lancer des piques dès que tu me vois, fais-toi plaisir. Si t’as envie de chercher à m’humilier dès qu’on se croise, same. » lâcha-t-il ensuite, plus amèrement. C’était après tout son plan, semble-t-il. Ils s’étaient à peine vu quelques minutes que, déjà, elle avait cherché à le blesser et le mettre plus bas que terre, soulignant à quel point il pouvait être nul et bon à rien. « De toute façon, apparemment, quoique je dise, rien n’y changera. J’arrive pas à me faire comprendre, probablement de ma faute, j’ai jamais été bon à ça. Mais donc ça ne changera rien. » Autre vérité. Après tout, à peine avait-il proposé qu’ils s’ignorent, qu’elle état montée sur ses grands chevaux. Alors à quoi bon ? Voilà probablement pourquoi il ne se battait pas, pourquoi il fuyait les conflits. Parce que, de toute façon, il ne les gagnait jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

 
Hansley ❝ hello, it's me ❞


 :: MANHATTAN :: Midtown :: Broadway :: Imperial Theatre
Page 1 sur 1

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum